Nanotechnologies, débat public et territoires : le cas de Grenoble

Les nanotechnologies soulèvent autant de questions qu'elles suscitent d'espoirs. A Grenoble, c'est particulièrement visible. Là, dès 2006, des citoyens faisaient corps pour protester contre la création du plus grand site européen de recherche et développement en micro et nanotechnologies, Minatec, qui avait reçu 169 millions d’euros d’investissements publics et privés. Comment les élus ont-ils géré les tensions, entre les perspectives de développement économique local et des militants refusant tout débat ? L'implication de spécialistes de la concertation et des controverses sociotechniques a-t-elle permis de dépasser les blocages ? Le Collectif sur les Enjeux des Nanotechnologies à Grenoble (CENG) organise deux soirées de débats sur ces questions, les 5 et 6 mai.

Afficher une version imprimable

Commentaires

Exprimez-vous ! L'association Sciences et Démocratie se bat pour donner la parole aux citoyens dans les débats « science société ». Vos messages renforceront notre motivation.

Re: Nanotechnologies, débat public et territoires : cas Grenoble

Il est important que le public soit informé sur les ressources du couple (Ingénierie ; EspritDeRuche) des sociétales qui usent des nanotechnologies. A Grenoble, Paris ou ailleur.

Comment les élus ont-ils géré les résistances, dû aux croyances, du public ?

Seule une saine gestion des crises permet d'obtenir un bon recadrage.

Les ressources de l'IEDR (Ingénierie ; EspritDeRuche) commence
à peine à être connues.

Nanotechnologies

Merci pour ces informations ! c’est ce que je recherchais depuis un moment afin de finaliser mon dossier ! merci !