Les modes d'exposition des abeilles aux pesticides


Mots-clés : abeilles exposition pesticides thiaméthoxam
exposed bee hive

Un risque est un danger éventuel dans la mesure où il est inhérent à la situation et à l'activité alors que la prévisibilité n'est pas assurée. Ainsi, le risque pour les pesticides de contribuer à la surmortalité des abeilles se définit à la fois par le caractère intrinsèquement toxique et rémanent des pesticides et par l'exposition des abeilles à ceux-ci. Les abeilles peuvent être amenées à être en contact avec les pesticides de différentes façons. Ainsi, le contact peut être direct : l'abeille est exposée au pesticide et selon la quantité de pesticides, la durée et la fréquence de l'exposition, l'abeille peut alors être atteinte de toxicité aiguës ou chroniques. L'abeille peut par ailleurs n'être exposé qu'indirectement aux molécules actives et les effets sont plus difficilement évaluables. En effet, il faut alors quantifier les quantités de pesticides présents dans le nectar et le pollen des plantes que les abeilles butines ou encore dans les poussières.

Action directe par contact

Les modes de contamination directs des abeilles par les pesticides sont de deux types : par contact et/ou par ingestion.

L'exposition des abeilles aux pesticides peut se faire directement par contact.

Ainsi, lorsque l'abeille se trouve sous le jet d'un appareil de traitement ou lorsqu'elle marche sur les résidus du produit pesticide déposé sur les plantes, l'abeille entre en contact direct avec les pesticides et ces derniers traversent le tégument. Jean-Noël Tasei ainsi que d'autres scientifiques spécialistes de l'abeille reconnaissent l'existence des accidents d'insecticides qui conduisent à une intoxication aiguë de l'abeille du fait d'un fort contact. Pour le Gaucho notamment, ce mode de contamination semble aujourd'hui être reconnu puisqu'à l'époque les pesticides faisaient l'objet de moins de précaution. La surmortalité des abeilles dans les régions de grandes cultures laisse aussi penser que les pesticides ont une part importante dans le surmortalité des abeilles du fait de possibilités de contact direct. C'est du moins, la position des défenseurs des abeilles.

La contamination directe peut également être le fruit d'ingestion lors de la consommation du nectar ou du pollen contaminé.

La force de la contamination grandit avec les propriétés endothérapiques des insecticides. Autrement dit, les propriétés endothérapiques accentuent la pénétration des les vaisseaux conducteurs de sève et contribue à une plus grande contamination des abeilles. Les abeilles peuvent aussi consommer de l'eau ou du miellat de pucerons pollués par les pesticides.

La contamination est d'autant plus forte que les pesticides sont des molécules très actives. Les firmes, les maïsiculteurs et les semenciers ont d'abord insisté sur la position de l'insecticide en enrobage de la graine pour le mettre hors de cause. Les premières études scientifiques tendaient à confirmer leur raisonnement dans la mesure où si le pesticide migre dans le plante, sa montée se fait contre un gradient. Les concentrations de systémiques sont ainsi très importantes dans le bas de la tige et tendent à diminuer vers les fleurs. Les seuils de détection des systémiques étaient alors trop élevés et leur présence ne pouvait pas être détectée dans les parties hautes des plantes.

L'AFSSA prend particulièrement en compte les risques liés à l'exposition directe et considère ainsi que le risque est acceptable dans certaines conditions. En effet, les recommandations d'usage associées à l'homologation du Cruiser traduisent le souci de soustraire au mieux les abeilles de l'influence potentiellement néfastes des pesticides. Les conditions d'emploi telles qu'elles sont énoncées dans l'avis d'homologation précisent que le thiaméthoxam est dangereux pour les abeilles. De la sorte, pendant la période de floraison, il est spécifié que les ruches doivent être éloignées de plus de 3km des cultures provenant de semences traitées. De même, il est interdit "d'introduire ultérieurement de plantes pouvant devenir attractives pour les abeilles dans la rotation culturale ou appliquer des mesures permettant de limiter l’exposition des abeilles".

La distinction entre les risques directs et indirects génère des revendications différentes.

Exposition indirecte pendant le semis ou la floraison

L'exposition indirecte des abeilles aux pesticides est aussi dangereuse que l'exposition directe pour Frank Aletru. Il demande alors à ce titre l'interdiction totale et définitive des pesticides neurotoxiques systémiques. L'exposition indirecte des abeilles aux pesticides est en fait un mode insidieux de contamination. Il s'agit en effet du transport par les abeilles butineuses des aliments pollués par les pesticides au nid. Ainsi, le nectar et le pollen contenant des résidus de pesticides sont transportés jusqu'au nid où ils servent alors de nourriture pour les congénères adultes ou les larves.

Les effets peuvent alors être immédiats ou différés. Les effets létaux peuvent en effet être retardés dans le cas où l'insecticide est intégré aux provisions de pollen stockées dans la ruche. La matière toxique active se diffuse ainsi lentement dans la ruche.

Les maïsiculteurs et les firmes nient en partie ces contaminations indirectes dans la mesure où le maïs ne présente pas de nectar contrairement au tournesol. Ainsi, les abeilles ne seraient que très peu exposées aux pesticides. Concernant l'homologation du Cruiser, Jean-Noël Tasei pense ainsi que tant que l'homologation concerne le maïs, il n'est pas nécessaire de s'inquiéter. Pour autant, des travaux de M. Bonmatin (chimiste du CNRS à Orléans) montre que les abeilles rapportent une forte quantité de pollen de maïs.

Les poussières s'échappant dans l'atmosphère lors du semis constitue également un fait important dénoncé par les apiculteurs. Lorsque l'on sème les grains de maïs enrobés de thiaméthoxam, des poussières s'échappent dans l'atmosphère. Le Ministre de l'Agriculture a annoncé la surveillance de ces poussières dans trois régions afin de déterminer si cela présentait un risque inacceptable pour les abeilles.

A lire également

very toxic...

Dangerosité intrinsèque des pesticides

par SciencesPo Controverses

Quels sont les effets sur les abeilles des molécules actives des pesticides et de leurs produits de dégradation ?» lire la suite

Abeilles et pesticidesAbeilles et pesticidescomprendrecomprendretout publictout public0
Seeders

Des innovations techniques en cause ?

par SciencesPo Controverses

Les firmes innovent pour délivrer leur pesticide de façon toujours plus précise et efficace. Mais pour les abeilles, ces innovations constituent-elles un progrès ou une régression ?» lire la suite

Abeilles et pesticidesAbeilles et pesticidescomprendrecomprendretout publictout public0

Afficher une version imprimable

Commentaires

Exprimez-vous ! L'association Sciences et Démocratie se bat pour donner la parole aux citoyens dans les débats « science société ». Vos messages renforceront notre motivation.

Re: Les modes d'exposition des abeilles aux pesticides

Pouvez vous me dire ou m'envoyer un lien, me disant précisément, l'éffet, de la ou les molécules sur les abeilles .

Merci

Effet de la ou les molécules sur les abeilles

Bonjour,

J'ai ajouté l'article "Dangerosité intrinsèque des pesticides" dans la liste "à lire également" sous l'article ci-dessus. ça devrait répondre à votre question. Vous trouverez des infos complémentaires en parcourant le dossier Abeilles et pesticides...