Vulgarisation, médiation, communication : entendons-nous sur les concepts


Mots-clés : définition vulgarisation
Mad Science: Fire & Ice

Au début de l'été, Océane, jeune médiatrice scientifique, nous proposait d'ouvrir une discussion autour des concepts de vulgarisation, de médiation et de communication scientifiques : « Il y a en ce moment des tas d'articles, conférences, billets de blogs qui questionnent la vulgarisation scientifique, ce qu'elle est et à quoi elle sert, ses enjeux, son avenir ? On parle aussi de médiation, de communication, d'animation. Bref les idées sont floues. N'y aurait-il pas moyen de lancer une discussion à ce sujet, cela permettrait au moins de rassembler des points de vue qui divergent et se dispersent sur différents sites. Je débute dans le métier et je pense que cela peut aider certains d'entre nous à y voir plus clair. »

Si c'est la question des enjeux de la culture scientifique et technique (CST) qui a motivé l'équipe de Sciences et Démocratie à lancer un débat sur la CST, la proposition d'Océane de clarifier les concepts nous a paru tout aussi utile. Comme l'écrit Greg, dans un commentaire acerbe à propos des imprécisions en CST : Il est très important de savoir de quoi l'on parle et d'être cohérent, ceci pour ne pas être contre-productif... Entre diffuser la CST et creuser le fossé que l'on cherche à combler, il n'y a qu'un orteil !.

Cela dit, il existe de nombreuses références sur ce sujet. Pour qui souhaitera une information encyclopédique, on pourra suggérer la lecture de la page Vulgarisation de Wikipedia, celle sur la médiation culturelle...

Concernant la différence entre les termes vulgarisation, médiation et communication scientifique, on pourra aussi se référer à la conférence (vidéo ci-dessous) de Richard-Emmanuel Eastes, directeur du groupe pluridisciplinaire Traces (Théories et Réflexions sur l’Apprentissage, la Communication et l’Education Scientifiques) à l’École Normale Supérieure. Il y explique en particulier comment ces différents termes reflètent des conceptions différentes de la relation science-société.

Sur le principe du partage qui est au coeur du projet Sciences et Démocratie, je vous propose de procéder différemment ici. Par exemple, en abordant la question sous l'angle des pratiques :

  • Vous êtes praticien, opérateur de culture scientifique. Comment situez-vous votre activité par rapport aux différentes termes proposés ci-dessus ? Ces notions sont-elles évidentes pour vous ?
  • Dans la façon dont sont conçus les dispositifs de culture scientifique actuels, la distinction entre médiation et communication est-elle facile à mettre en oeuvre ? Y a-t-il une sorte de règle déontologique qui évite de faire passer de la communication pour de la culture sous la pression des sources de financements par exemple ?

Ou pourquoi pas sous l'angle étymologique, comme nous le propose un internaute sous le pseudo « Terrien provisoire » :

Il y a une sorte de paradoxe originel : vulgarisation, c'est rendre vulgaire, c'est rendre accessible un savoir au commun des mortels. C'est donc qu'on situe ce savoir bien au dessus des petites gens !

D'un autre côté, culture, au sens propre c'est prendre soin, c'est entretenir un champ pour que les plantes poussent. A quelles conditions des savoirs créés "ailleurs" peuvent-ils permettre de prendre soin de soi (et donc des autres mais c'est une autre histoire !) ? D'ailleurs, les grecs utilisaient plutôt "paideuo" pour dire culture dans ce sens.

A vous !

Afficher une version imprimable