Faut-il renoncer à débattre des sujets « science société » ?


Mots-clés : acceptabilité débat débat public démocratie participative
Picture 015.jpg

Face au risque que des citoyens trop bien informés rejettent leurs projets, les décideurs politiques rechignent à engager des démarches de démocratie participative. C'est en tout cas ce qui explique le « refus frénétique des pouvoirs publics d'encourager un véritable débat sur le modèle de la conférence des citoyens » [1] pour Matthieu Calame, ingénieur agronome, chargé de mission à la Fondation Charles Léopold Mayer pour le Progrès de l'Homme. Et quand ils ouvrent le débat au grand public, c'est pour travailler à l'acceptabilité sociale de ces projets et légitimer des décisions déjà prises. Ainsi, le groupe Pièces et Main d'Œuvre, un mouvement de citoyens grenoblois qui lutte contre le développement des nanotechnologies, fustige le développement d'un « marché de l'acceptabilité » recrutant des « intellectuels à gages » [2]. A contrario, Jacques Testart, scientifique de renom, estime que « des expériences de démocratie participative révèlent qu'une 'expertise citoyenne' est possible » [3]. Faut-il s'en tenir aux deux premières visions et conclure qu'il est inutile de faire participer le citoyen aux débats sur les choix scientifiques et technologiques ? Ou bien est-il concevable qu'un « débat citoyen » puisse être autre chose qu'une parodie de démocratie ? Quelles seraient selon vous les conditions pour un tel débat ? Quel cadre faudrait-il lui donner ?

On pourra tenter d'identifier, parmi les différentes formes de débat public existantes, les pratiques les plus adaptées à notre problématique. On pourra par exemple se demander si la présence des industriels à la table du débat est souhaitable, tant on sait que leur discours est toujours bien rodé du fait d'enjeux énormes.

Références

1. Comment instruire le débat OGM ? Entretien avec Matthieu Calame. In Les Entretiens de la Mission Agrobiosciences, La Mission d'Animation des Agrobiosciences, 12 juillet 2005.
http://www.agrobiosciences.org/article.php3?id_article=1452

2. Pièces et Main d'Oeuvre. Plan média : Le téléphone sonne pour les nanos. Aujourd'hui le nanomonde n°12, février 2006.
http://pmo.erreur404.org/Aujourd_hui_le_nanomonde_12.pdf

3. Jacques Testart. L'intelligence scientifique en partage. Le monde diplomatique, février 2005.
http://www.monde-diplomatique.fr/2005/02/TESTART/11895

Afficher une version imprimable

Commentaires

Exprimez-vous ! L'association Sciences et Démocratie se bat pour donner la parole aux citoyens dans les débats « science société ». Vos messages renforceront notre motivation.

Le but des débats publics en question

Le groupe Pièces et Main d'oeuvre affirmera encore les travers des débats publics à l'occasion de celui sur les nanotechnologies qui se déroulera d'octobre 2009 à février 2010. Voir ce nouveau site qu'ils viennent de lancer : www.nanomonde.org.

Et vous, vous en pensez quoi ?

Re: Faut-il renoncer à débattre des sujets « science ...

Ce serait tragique à mon sens. Ne pas débattre des sujets "science société", c'est un peu comme si l'on perdait une part de pouvoir. Pourquoi faut-il que petit à petit, les gens ne puissent plus débattre des sujets qui les concernent le plus ???