L'étiquetage des produits : un moyen de gérer les risques ?


Mots-clés : consommateurs information
Génisse taggée

Le principe de précaution prévoit qu'en cas de doute sur la sécurité sanitaire ou environnementale d'un produit, des mesures soient prises. Celles-ci doivent être proportionnées, c'est-à-dire adaptées au niveau de risque considéré. Cela n'interdit donc pas nécessairement la mise sur le marché du produit. Car la précaution ne doit pas condamner la compétitivité nationale. Dans ces conditions, certaines personnalités comme Corinne Lepage* militent pour un étiquetage de ces produits permettant aux consommateurs de faire leur choix. Pensez-vous que l'étiquetage des produits pour lesquels un risque environnemental ou sanitaire existe soit une mesure nécessaire ? Ou l'évaluation faite par les pouvoirs publics du rapport entre bénéfices et risques est-elle suffisante à vos yeux ? Quelles valeurs doivent jouer en priorité selon vous : responsabilité des élus, liberté de choix des consommateurs... ? Cette approche comporte-t-elle des limites ?

* Corinne Lepage, dans le cadre de la conférence de citoyens sur les nanotechnologies organisée par la région Île-de-France en 2006-2007, disait : "La situation est encore pire que pour les OGM. Une réglementation datant de 1990 soumettait leur introduction à certaines règles. Or il n'existe rien pour les nanoproduits. Les industriels se battent pour qu'il n'y ait aucune réglementation. Cela renvoie à notre bataille pour l'étiquetage des nanosubstances qui est le seul moyen d'obtenir une réaction des consommateurs".
Source : Nanotechnologies et environnement.

A lire également

Protest against DNA Immigration laws

Quel rôle pour les politiques ?

par eric lombard

Doivent-ils rester neutres et se contenter d'arbitrer ou bien doivent-ils prendre position sur le fond des débats ?» lire la suite

Afficher une version imprimable