Comment réduire le danger des nouvelles technologies ?


Mots-clés : gouvernance risque technoscience
Nuclear Blast 1945

Chaque nouvelle technologie apporte ses amélorations... et ses dégats. Si on fait le bilan, il me semble que le progrès technologique a été bénéfique. Alors, quel est le problème ? Ce qui m'inquiète est qu'au fur et à mesure que la science avance, chaque nouvelle technologie est plus puissante que les précédentes. Ainsi si on continue à ne gérer les problèmes qu'à posteriori, il se peut très bien que nous soyons un jour dépassés par les évènements.

Un nouveau danger apporté par la technologie génétique est que le problème, si il y en a un, peut être vivant, se reproduire et échapper à son inventeur. La nanotechnologie me semble encore plus dangereuse, pouvoir à terme jouer aux legos avec les atomes permet tant que ce n'est même plus imaginable.

Sans oublier qu'on n'a pas fini de régler les problèmes des anciennes technologies : les problèmes sanitaires dus à la chimie classique, la menace que nous à laissé la fusion nucléaire (plusieurs milliers de bombes), etc.

Notre société ne me semble pas adaptée à une étude systématique des problèmes éventuels. La course au profit par exemple est difficilement conciliable avec la prudence. Alors... comment réduire le danger des nouvelles technologies ?

Afficher une version imprimable

Commentaires

Exprimez-vous ! L'association Sciences et Démocratie se bat pour donner la parole aux citoyens dans les débats « science société ». Vos messages renforceront notre motivation.

Re: comment réduire le danger des nouvelles technologies ?

Dans Vivagora vous trouverez Cgénial.

Sur le web il y a des sites qui nous présente des façons de penser notre future.

Par ex: HiveMind nous présente une ruche du nanomonde.

Certe il y a l'ingénierie, mais il y a surtout l'esprit.

Re: Comment réduire le danger des nouvelles technologies ?

Bonjour Turnebob,

Je réponds bien tardivement à votre proposition de sujet. Veuillez m'en excuser.

Votre question est au coeur de l'activité de l'association Sciences et Démocratie. La plupart des gens qui s'expriment sur ce site partagent votre constat : les sciences ont permis des avancées indéniables mais elles soulèvent également de très nombreuses questions auxquelles il faut faire face de manière responsable. Les pistes ne manquent pas : améliorer l'expertise scientifique, développer le débat public et la culture scientifique dans la population, etc. Encore faut-il s'en donner les moyens.

A Sciences et Démocratie, nous défendons l'idée que la démocratie participative est un moyen de faire bouger les choses. Pas en tant que substitut de la démocratie représentative mais comme partenaire de celle-ci.

Nous avons choisi :

- d'agir sur le niveau de connaissance des questions science société dans la population, en développant un site web qui combine pédagogie et espaces de discussion, qui permet à chacun, selon son rythme, de s'approprier ces sujets mais aussi de faciliter la construction collective de cette somme de connaissances.

- de faire connaître les démarches de démocratie participative sur les choix scientifiques et technologiques pour qu'un maximum de citoyens les investissent (cette année par exemple, nous avons beaucoup communiqué sur les Etats généraux de la bioéthique et l'actuel débat public sur les nanotechnologies).

- d'avoir un regard critique sur ces processus et les débats publics en général pour aller vers des processus plus crédibles, donc plus motivants pour les citoyens qui voudraient y consacrer de leur temps et de leur énergie.

Bien sûr le résultat de ce travail ne peut être immédiat. C'est un travail de longue haleine, complémentaire d'autres formes d'actions. Ce qui est hallucinant, c'est que les choses évoluent si lentement que les mêmes erreurs ont le temps de se reproduire d'un dossier à l'autre ! Je pense là en particulier au débat sur les nanotechnologies où l'on voit se reproduire les comportements qui ont complètement stérilisé les débats sur les OGM il y a plus de 10 ans.

Re: Comment réduire le danger des nouvelles technologies ?

Merci pour votre intervention Philippe,

Pourriez vous précisez votre pensée sur les comportements qui stérilisent l'actuel débat sur les nanotechnologies ?

Pour ma part je vois un premier soucis : dans les réunions on demande en même temps aux citoyens de s'informer et de s'exprimer. C'est impossible et on risque de vite tomber dans un débat limité au cercle des experts. En même temps comment informer massivement les citoyens sur ce sujet ?

Merci pour vos réponses

Re: Comment réduire le danger des nouvelles technologies ?

Bonjour Alexandar,

> Pourriez vous précisez votre pensée sur les comportements qui stérilisent l'actuel débat sur les nanotechnologies ?

C'est un peu trop long à expliquer dans un commentaire. Mais promis, je vais revenir sur ce sujet rapidement (sur le blog a priori).

> dans les réunions on demande en même temps aux citoyens de s'informer et de s'exprimer. C'est impossible...

Je suis bien d'accord avec vous. A vouloir faire les 2, le débat public va échouer sur les 2. En fait, une démarche de diffusion de l'information de la même ampleur que l'actuel débat public aurait du être menée dès 2006. On aurait alors pu espérer des débats plus productifs aujourd'hui. Là, tout ce que va retenir le public, c'est que ce sujet est une bombe à retardement type OGM. Exactement ce que tout le monde voulait éviter !

Les comportements qui stérilisent l'actuel débat

Bonjour Alexandar,

Je réponds à votre demande de clarification concernant "les comportements qui stérilisent l'actuel débat sur les nanotechnologies".

En parlant de processus crédibles, je pensais au débat nano tel qu'il est conçu et qui relève de l'erreur méthodologique. Pour plus de détails, je vous invite à consulter la contribution de Sciences et Démocratie versée au débat.

Ce débat survolant les vraies questions conduit à ce que :

- faute d'un temps suffisant pour la pédagogie et la contradiction, certains experts chez les industriels se veulent totalement rassurant vis-à-vis des risques quand il serait plus sain qu'ils aient une position plus modérée et admettent la part d'incertitude entourant leurs résultats (le TiO2 nano pour les cosmétiques par exemple)

- des opposants radicaux se mobilisent pour empêcher le débat

Ce dernier comportement est toutefois très nouveau par rapport aux débats qui ont eu lieu sur les OGM. Encore qu'on peut comparer ces manifestations empêchant le débat aux fauchages d'OGM.

Re: Comment réduire le danger des nouvelles technologies ?

Bonjour, un peu provocateur que d'écrire "Doit-on stopper la recherche scientifique avant qu'il ne soit trop tard ?"

Les recherches scientifiques sont orientées politiquement et économiquement.

Ne devrait on pas plutot dire "ne doit on pas réorienter nos politiques de recherche?" car toutes ces recherches sont forcéments orientés. D'abord dans le privé par l'appat du gain ...puis dans le public par des politiques nationales ou européennes.

Le principe de précaution nous invite non pas à l'inaction mais à faire encore plus de recherches...

justement, la mise sur la marché de nouvelles technologies se fait souvent sans études ni recherches sur des effets sanitaires, environnementales et long termes.

de plus l'opacité et les brevets bloquent l'acces aux informations permettant aux citoyens de mieux se renseigner.

ici, il est peut être temps que les citoyens s'approprient collectivement la maniere dont la recherche est faite, au lie ude subir les aléas de la recherche "court terme".

En meme temps, la question des financements se pose. Et il faut trouver un subtil équilibre public/privé quand on connait l'état de financement de la recherche publique et elle du privé.

Pas évident du tout comme question...

Re: Comment réduire le danger des nouvelles technologies ?

Le côté provocateur viens en partie du fait que l'intitulé du champs "sous titre" est : "accroche".

Je suis d'accord avec vous sur le fait qu'une réorientation, vers la sécurité, de la recherche, est la voie à suivre aujourd'hui.
Plus généralement, le danger viens plus des applications à but lucratif que de la recherche elle même.

Je ne renie pourtant pas mon accroche, car je pense que la question reste pertinente à long terme. On ne peut pas exclure un incident de recherche fondamentale. Cette menace me navre d'autant plus que je suis un amoureux des sciences.

Comment réduire le danger des nouvelles technologies ?

La technologie est comme une épée. Elle peut évidemment être utilisée comme une arme pour causer du mal ou comme un outil pour faire du bien. Cela dépend entièrement de la façon à laquelle elle est utilisée. Le progrès de la technologie apporte beaucoup de changements et même si nous sommes sceptiques au début, cela ne veut pas dire que ce changement va causer du mal. Cette révolution technologique est fabuleuse, mais il n'empêche qu'il a des dangers associés à ce changement.
Le fait reste que si nous avons une éducation et une compréhension plus approfondies de la technologie, nous serons dans la capacité de récolter plus de bénéfices au lieu d'être pris sans garde par les dangers de la technologie. Cependant, pendant ce processus d'apprentissage, nous devons être très vigilants, car le plus gros danger, c'est que nous devenons dépendants de la technologie. Cette dépendance est un risque à encourir, car la bonne nouvelle c'est que nous pouvons facilement éliminer ce danger. Effectivement, tant que nous restons attentifs et nous nous préparons aux risques associés aux dangers de la technologie, le mal ne peut pas être causé. Par conséquent, si nos cartes de barques ne fonctionnent pas, nous devons être capables d'écrire un chèque ou si la micro-onde tombe brusquement en panne, nous devons pouvoir préparer un repas comme à la bonne vieille méthode.
Il faut certainement prendre du temps pour se familiariser aux principes de base des ordinateurs et des nouvelles technologies, car cela est sans aucun doute la première étape pour combattre les dangers qui existent. Par exemple, lorsque nous envoyons des informations à travers l'internet, nous devons faire attention où nous envoyons ces informations et avec qui nous sommes en train de les partager. Certes nous pouvons utiliser des détecteurs de virus pour réduire le risque d'intrusion dans nos ordinateurs, mais nous devons aussi avoir un peu de bon sens et ne pas partager des informations sensibles avec des étrangers à travers des réseaux sociaux comme Facebook. L'ignorance contribue au danger encouru et au moment où nous nous rendons compte qu'il y a un risque de vol d'identité, de piratage informatique ou de virus lorsque nous sommes branchés à l'internet, nous apprenons les multiples façons de nous protéger.
Très rapidement je voudrais revenir sur le commentaire d'un des participants de ce forum. Il pose la question "Doit-on stopper la recherche scientifique avant qu'il ne soit trop tard ?". Je dirais tout simplement qu'il a des risques associés à la recherche scientifique, car cela nous conduit inévitablement à une progression de la technologie, mais il faut accepter que ce soit aussi le cas avec plusieurs choses de notre vie de tous les jours. Les voitures sont impliquées dans des accidents, le feu est causé par des courts circuits électriques et nous tombons malades, car nous sommes exposés aux microbes. Est-ce que cela veut dire que nous devons nous enfermer dans une chambre pour nous protéger contre ces dangers ? La majorité des gens ne vont pas penser à faire cela, mais ils vont au contraire prendre des précautions pour rester sain et sauf. L'utilisation des nouvelles technologies fonctionne de la même façon.
C’est uniquement une question d’apprendre à nous protéger.

Re: Comment réduire le danger des nouvelles technologies ?

Je pense que chaque technologie a ses inconvénients...