Attention consommateurs : près de 50% des influenceurs surveillés pour fraudes potentielles

Une récente enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a mis en lumière une tendance inquiétante parmi les influenceurs sur les réseaux sociaux.

La réalité alarmante des influenceurs sous surveillance #

Dans un monde où le statut de célébrité numérique semble plus accessible que jamais, cette instance a révélé que, parmi 310 influenceurs surveillés au cours des années 2022 et 2023, presque la moitié affichait des comportements problématiques.

L’enquête, touchant une gamme variée de domaines allant de la mode à la gastronomie, en passant par les contenus humoristiques et le streaming de jeux vidéo, a démontré des manquements graves. De la dissimulation de l’intention commerciale aux affirmations fausses concernant la légalité de certains produits, les déviations des obligations légales sont non seulement nombreuses mais souvent graves.

Publicités mensongères et risques pour les consommateurs #

Le rapport de la DGCCRF a également souligné des cas plus spécifiques et alarmants. Par exemple, des recommandations de produits ou de traitements médicaux non autorisés, telles que les injections d’acide hyaluronique réalisées sans compétence médicale, ou la promotion de produits contrefaits et dangereux pour la santé. Cette situation soulève des inquiétudes majeures quant à la responsabilité de ceux qui recommandent de telles solutions à leurs abonnés.

À lire Voici le parcours de Cyril Hanouna, l’animateur télé qui a su conquérir le cœur des Français

Plus choquant encore, certains influenceurs ont été pris en flagrant délit de proposer des produits prétendument capables de guérir des maladies graves, comme certains types de cancers, ou d’augmenter les chances de succès dans des jeux de hasard. Ces découvertes mettent en lumière non seulement l’irresponsabilité de certaines figures publiques du numérique mais aussi les risques directs pour leurs abonnés, souvent laissés dans l’ignorance des potentielles conséquences.

Déclaration de revenus 2024 : les changements qui pourraient bouleverser votre budget !

Quelles conséquences pour les pratiques illicites? #

Face à ces manquements, la répression s’organise. La DGCCRF n’a pas seulement adressé des avertissements. Pour les cas les plus graves, l’organisme est même allé jusqu’à engager des procédures pénales, témoignant de la sévérité de la situation. Au total, 35 avertissements et 81 injonctions de mise en conformité ont été émis, sans compter les poursuites judiciaires enclenchées.

Ce constat alarmant ne signifie pas pour autant que tous les influenceurs opèrent dans l’illégalité. Beaucoup se sont déjà mis en conformité suite aux contrôles. Cependant, la DGCCRF prévient qu’elle continuera à surveiller de près l’écosystème digital, promettant même d’intensifier ses efforts en 2024 pour veiller au respect des lois et protéger les consommateurs.

Voici une liste des anomalies les plus courantes constatées parmi les influenceurs :

À lire Voici comment l’escalade de violence entre l’Iran et Israël pourrait bouleverser l’économie mondiale – comprendre les enjeux

  • Manque de transparence concernant les intentions commerciales.
  • Promotion de produits ou services interdits.
  • Publications comportant des allégations trompeuses.
  • Déclarations fallacieuses sur la légalité de la vente de certains produits.
  • Promotion de traitements médicaux non approuvés par la législation.

L’enquête de la DGCCRF met en lumière l’urgence de réguler le secteur de l’influence marketing pour protéger les consommateurs contre les risques liés aux publicités mensongères et aux pratiques commerciales trompeuses. Alors que les réseaux sociaux amplifient la portée de ces influenceurs, la vigilance des autorités et du public devient primordiale pour garantir une consommation saine et sécurisée.

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :