Recharger sa voiture électrique : une alternative économiquement intéressante

La recharge d'une voiture électrique reste plus avantageuse financièrement que celle d'un véhicule thermique même si les tarifs de l’énergie augmentent.

Depuis quelques mois maintenant, le gouvernement fait tout pour vous pousser vers une voiture électrique. Mais il faut aussi savoir que recharger sa voiture électrique coute moins cher qu’un plein d’essence !

Un coût de recharge stable malgré la hausse des prix de l’électricité #

En effet, bien que le prix de l’électricité continue de grimper, celui des bornes de recharge publiques demeure relativement stable. Cela fait le bonheur des automobilistes optant pour un véhicule électrique, car cela leur permet de réaliser des économies sur le plein d’essence.

Des données rassurantes pour les utilisateurs de voitures électriques

Contrairement aux craintes exprimées par certains, il semblerait que les tarifs de recharge n’aient pas suivi la tendance haussière du prix de l’électricité en général. Selon un rapport récent, le coût moyen du kWh dans les stations de recharge normales, inférieures à 22 kW, était de 0,384 euro en décembre 2023. On note même une légère baisse de 3,08% par rapport au mois de juillet précédent.

À lire Un conducteur partage son expérience après avoir troqué sa Mercedes pour une voiture électrique chinoise

Cette constatation vaut également pour les stations de recharge rapide, dont la puissance se situe entre 22 et 150 kW. Le tarif est passé de 0,511 à 0,492 euro entre juillet et décembre, soit une diminution de 3,79%. Ceci peut s’expliquer par la concurrence accrue entre les différentes entreprises exploitant ces infrastructures et les offres promotionnelles qui y sont liées.

Les abonnements aux offres de recharge : un choix judicieux pour les automobilistes #

Opter pour un abonnement aux stations à recharge est intéressant, quelle que soit la distance parcourue annuellement. En effet, selon le rapport d’Avere-France, un conducteur roulant environ 11 000 km par an économiserait en moyenne 18,72% en souscrivant à une offre mensuelle, tandis qu’un automobiliste avalant près de 30 000 km par an réaliserait une économie d’environ 18,52%.

Ainsi, un utilisateur lambda sans souscription dépenserait en moyenne 10,77 euros par mois contre 8,87 euros avec une offre mensuelle. Pour les grands rouleurs, ces chiffres passent respectivement à 86,34 et 66,26 euros. Dans tous les cas de figure, alimenter sa voiture électrique demeure plus intéressant que de faire le plein d’essence ou de diesel.

En effet, une recharge coûte approximativement 9 euros pour 100 km parcourus en voiture électrique, si le tarif est fixé à 0,517 euro par kWh. Ce chiffre peut même descendre en dessous de 3,5 euros si l’on recharge son véhicule à domicile. À titre de comparaison, comptez au moins 10 euros pour 100 km en voiture thermique.

À lire Les secrets du chèque énergie 2024 révélés : qui recevra son aide et quand ? Ne ratez pas la date!

En décembre, un grand rouleur a dépensé en moyenne 134 euros par mois pour recharger sa voiture électrique, quel que soit le type de borne utilisée. À l’inverse, un propriétaire de véhicule diesel a consacré pas moins de 320 euros pour son plein de carburant, et 297 euros pour les propriétaires de véhicules à essence.

Le développement de stations haute puissance encore en cours #

Il est important de mentionner que les stations à recharge très haute puissance (plus de 150 kW) restent toutefois minoritaires sur le territoire national. Elles ne représentent que 4% des offres disponibles en France, à l’instar de celles offrant plus de 350 kW.

La situation évolue néanmoins : davantage d’infrastructures de ce type sont mises en place et plusieurs opérateurs proposent désormais des stations à très haute puissance dans leur offre.

En conclusion, malgré la hausse des prix de l’électricité, pour recharger sa voiture électrique demeure une option économiquement avantageuse comparée au plein de carburant traditionnel. Cependant, il est essentiel de continuer à développer un réseau de bornes performantes et adaptées aux besoins des utilisateurs afin d’encourager toujours plus l’adoption de cette alternative plus respectueuse de l’environnement.

À lire Le diagnostic de performance énergétique : une obligation pour la vente ou la location d’un bien immobilier

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :