Fin de l’ASS : un impact négatif pour des milliers d’allocataires de l’AAH

L'allocation ASS va bientôt se voir supprimer et cela risque d'avoir un énorme impact sur des milliers d'allocataires de l'AAH

Actuellement, la fin de l’allocation spécifique de solidarité (ASS) affectera des milliers de personnes handicapées, qui bénéficient de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) et de l’ASS.

La suppression de l’ASS pénalise les personnes handicapées #

Le 30 janvier dernier, Gabriel Attal, le nouveau Premier ministre français, a annoncé que les chômeurs dont les droits arrivent à expiration seront transférés vers le revenu de solidarité active (RSA). Cette mesure concerne environ 350 000 personnes, notamment celles qui perçoivent l’AAH et l’ASS.

Une interdiction de cumul des deux allocations dont l’ASS depuis 2017 #

Depuis 2017, il reste interdit de cumuler les deux prestations AAH et ASS. Cependant, une exception semble prévue jusqu’au 31 décembre 2026 pour ceux qui les percevaient déjà sous certaines conditions. Près de 15 000 personnes handicapées, qui touchent jusqu’à 1 516 € par mois en combinant ces deux allocations, sont concernées par cette suppression. En 2016, on comptait encore 40 000 bénéficiaires de ces deux allocations, mais leur nombre diminue rapidement, car il n’y a plus de nouveaux entrants, selon un site d’information sur le handicap.

À lire Refus des tickets-restaurants : droit et alternatives pour les salariés

L’AAH dépasse le plafond du RSA pour une personne seule ou en couple

Avec la fin de l’ASS, les bénéficiaires de l’AAH ne pourront pas se tourner vers le RSA. En effet, les critères de revenus pour l’ASS sont supérieurs à ceux du RSA. Par exemple, une personne seule doit percevoir moins de 1271,90 € pour l’ASS contre seulement 607,75 € pour le RSA. De plus, le calcul du RSA prend en compte d’autres ressources telles que l’AAH elle-même. Le montant de l’AAH excède le plafond du RSA pour une personne seule ou en couple, rendant les allocataires de l’AAH inéligibles au RSA.

Les conditions d’accès au RSA parallèlement à l’AAH demeurent spécifiques

Au vu de ce contexte, il est important que durant la « transition » entre ces deux dispositifs, le gouvernement prenne en compte la spécificité des personnes handicapées qui bénéficient de l’AAH et de l’ASS. Selon Faire-face.fr, site spécialisé dans les problématiques liées au handicap, ces personnes pourraient se retrouver affectées par cette mesure. Alors qu’elles nécessitent un soutien supplémentaire à cause de leur handicap.

Les conséquences sur la vie quotidienne des personnes touchées #

Ce changement pourra avoir de nombreuses répercussions sur la vie quotidienne des personnes concernées. La perte simultanée de l’ASS et de l’impossibilité de bénéficier du RSA pourrait les mettre dans une situation précaire, avec des difficultés financières importantes. Certains pourraient se voir contraints de renoncer à des soins médicaux. Ou à des démarches nécessaires pour améliorer leur quotidien.

Les alternatives et les solutions possibles après l’ASS

Pour faire face à cette situation, il est essentiel d’étudier les différentes solutions qui s’offrent à ces personnes. Le gouvernement pourrait instaurer des dispositifs spécifiques pour les bénéficiaires de l’AAH, en tenant compte de leurs besoins particuliers liés au handicap. Par ailleurs, les organismes peuvent proposer des programmes d’accompagnement destinés à aider ces personnes dans leurs démarches administratives et sociales.

À lire La liquidation judiciaire frappe les enseignes de prêt-à-porter en France

Un appel à une meilleure prise en compte des personnes handicapées #

Cette mesure concernant la fin de l’ASS met en lumière la nécessité d’adapter les aides financières aux situations et aux besoins spécifiques des personnes handicapées. En prenant en considération leurs difficultés particulières, on favorise leur intégration sociale et professionnelle, ce qui peut contribuer au développement économique du pays.

Les acteurs publics et privés se retrouvent donc invités à travailler ensemble. Ils doivent aussi élaborer des solutions mieux adaptées à la réalité des personnes handicapées. Et continuer à soutenir leur autonomie et leur bien-être.

Étiquettes

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :