La menace de malware qui contournent la reconnaissance faciale sur l’iPhone pour dérober vos économies

Dans un monde où les avancées technologiques sont de plus en plus nombreuses, la cybersécurité est devenue un enjeu majeur pour les entreprises et les particuliers.

Les pirates informatiques ne cessent d’inventer de nouvelles méthodes pour tromper les systèmes de sécurité et accéder aux données sensibles. L’une de ces techniques récemment découvertes consiste à utiliser des malwares capables de contourner la reconnaissance faciale utilisée par l’iPhone pour protéger nos informations financières.

Les Deepfakes au service du vol d’identité et de fonds #

Le malware en question exploite la technologie des deepfakes, qui consiste à recréer le visage d’une personne de manière si réaliste que son apparence devient indiscernable de la réalité. Les cybercriminels se servent de cette technique pour créer des faux visages qui trompent la reconnaissance faciale des iPhones, permettant ainsi d’accéder aux comptes bancaires des victimes et de les vider.

Une attaque exceptionnellement rare et sophistiquée avec un malware

Selon le rapport de Group-IB, il s’agit d’un événement extrêmement rare : la majorité des attaques informatiques de ce type n’arrivent pas à collecter les données de reconnaissance faciale, les documents d’identité et les interceptions nécessaires pour mener à bien cette opération. Néanmoins, les cybercriminels impliqués dans cette affaire ont réussi à tromper les dispositifs de sécurité des iPhones pour parvenir à leurs fins.

À lire Anatsa : un malware redoutable menace vos comptes bancaires sur Android

Propagation du malware : du service TestFlight aux techniques d’ingénierie sociale #

À l’origine, le malware ciblait principalement le service TestFlight d’Apple, qui permet de distribuer des applications en version bêta. Toutefois, face au renforcement des mesures de sécurité de la part de la firme à la pomme, les pirates informatiques ont décidé de changer leur mode opératoire. Ils sont désormais passés à des techniques d’ingénierie sociale pour diffuser leur outil malveillant.

Le pouvoir de la manipulation humaine pour infecter les smartphones grâce à un malware

Les cybercriminels utilisent diverses méthodes d’ingénierie sociale pour convaincre les utilisateurs d’iPhone de télécharger et installer leur malware. Ils peuvent notamment se faire passer pour des employés d’Apple ou d’autres institutions importantes, ou bien exploiter les peurs et les émotions des personnes pour les inciter à suivre une démarche qui les conduira à compromettre leurs données.

Football : quand la passion pour le ballon rond engendre des risques de cybersécurité #

L’un des exemples marquants de cette stratégie a été observé lors de la diffusion en direct de matchs de football. Les cybercriminels profitaient de l’engouement autour des compétitions pour faire circuler des liens soi-disant menant à des sites permettant de regarder les rencontres en streaming gratuit. Les victimes, aveuglées par leur passion pour le sport et désireuses de ne rien manquer, cliquaient sur ces liens et se retrouvaient ainsi exposées au malware.

Les autres domaines touchés par des malwares : musique, cinéma et actualités

Bien que les adeptes du ballon rond aient été une cible privilégiée des pirates informatiques dans ce cas précis, il convient de souligner que d’autres domaines tels que la musique, le cinéma et les actualités ne sont pas épargnés. Les cybercriminels profitent en effet de l’intérêt suscité par ces sujets pour diffuser leurs malwares et tromper la vigilance des utilisateurs.

À lire Les secrets pour bien poncer un parquet : le temps nécessaire et les étapes à suivre

Mettre en place des mesures de protection adéquates pour contrer les menaces #

Face à cette menace grandissante, il est essentiel pour tous les utilisateurs d’iPhone de prendre conscience des risques qu’ils encourent et de mettre en œuvre des mesures de protection appropriées. Parmi celles-ci figurent notamment :

  • L’activation systématique de la double authentification pour accéder à ses comptes bancaires et autres services sensibles ;
  • La méfiance vis-à-vis des messages entrants, même s’ils semblent provenir d’une source fiable ;
  • Le renforcement des mots de passe et leur modification régulière.

En renforçant la sécurité de nos smartphones et en restant vigilants face aux tentatives de manipulation, nous pouvons contribuer à minimiser les risques liés aux malwares et protéger nos informations financières des cybercriminels.

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :