Cruiser, un avis de l'AFSSA très critiqué


Mots-clés : AFSSA Cruiser pesticides rapport thiaméthoxam

Le 20 décembre 2007, l’AFSSA émettait un avis favorable à l’homologation du produit phytopharmaceutique Cruiser pour le traitement insecticide par enrobage des semences de maïs. Les conditions de l'étude ainsi que les précautions recommandées pour l'utilisation de ce produit ont été critiquées.

Thiamethoxam
Le thiaméthoxam

Le 20 décembre 2007, l’AFSSA a émis un avis1 favorable à l’homologation du produit phytopharmaceutique Cruiser, à base de thiaméthoxam, pour le traitement insecticide par enrobage des semences de maïs. Le 8 janvier 2008, l’Agence a confirmé sa décision quant à l’autorisation de mise sur le marché de la préparation Cruiser. Néanmoins, elle a aménagé des mesures de précautions en vue de réduire l'exposition des abeilles au thiaméthoxam :

  • autorisation limitée à 1 an suivie d’une nouvelle évaluation,
  • limitation de la période d’utilisation avant le 15 mai 2008 afin de réduire la période de floraison
  • application autorisée uniquement sur le maïs ensilage, le maïs grain et le maïs porte-graine femelle.

La confédération paysanne, la coordination des apiculteurs de France et certaines ONG présentes au Grenelle de l’environnement ont appelé les apiculteurs à manifesté contre la mise sur le marché du Cruiser, demandant son retrait. Joël Schiro, apiculteur dans les Hautes-Pyrénées et président du syndicat des apiculteurs professionnels de Midi-Pyrénées et de France a été le porte parole de ces apiculteurs à nouveau mobilisés contre un insecticide systémique, malgré la batterie de conditions d’utilisation à respecter. Joël Schiro a affirmé qu’ « il n’y a aucune raison pour que le Cruiser soit moins toxique que le Gaucho ». En effet, la substance active du Cruiser, le thiaméthoxam, appartient à la même famille des néonicotinoïdes que l’imidaclopride, substance active du Gaucho.

Leur critique des modes d’expérimentation et des procédures d’homologation est récurrente.

Joël Schiro critique principalement que les expérimentations soient menées par des chercheurs sans compétence sur les abeilles. Ils rejettent les expérimentations de l’AFSSA car elles ne s’exercent pas sur des périodes de test suffisamment longues pour pouvoir être fiables. De plus, les tests menés sur le maïs ne peuvent pas toujours être pertinents dans la mesure où le maïs n’est pas une plante qui soit la cible prioritaire des abeilles, le maïs n’est pas donc pas régulièrement visité par elles.

Les précautions préconisées par l’AFSSA sont difficilement applicables et les apiculteurs craignent leur non respect. Les limitations d’utilisation du cruiser apparaissent à Joël Schiro inapplicables, notamment le fait que la parcelle traitée au Cruiser ne doive pas accueillir de plantes mellifères ni de semis Cruiser pendant trois années. L’obligation de réduction de la floraison est une limite qu’aucune administration ne se trouve en capacité de réguler.

De même, le président du Mouvement pour les Droits et le Respect des Générations Futures, François Veillerette, reste perplexe quant aux moyens de mettre en œuvre de telles limites. Il est l’auteur des ouvrages Pesticides, le piège se referme, Ed Terre Vivante, 2002 et Pesticides, révélations sur un scandale français Ed Fayard 2007.

Pour autant, Jean Fedon est un apiculteur qui considère la période d’essai accordée au Cruiser comme appartenant à une démarche pertinente car elle est le seul moyen de mener des recherches sur le long terme et en conditions naturelles. Jean Fedon s’appuie ainsi sur Jean Louveaux (ex directeur de la station apicole de BURES sur YVETTE), " lorsque le chercheur et le pratiquant ne sont pas d'accord, il s'avère que c'est toujours le pratiquant qui a raison". Alors que les apiculteurs d’alerte considèrent l’homologation provisoire du Cruiser comme la répétition d’une histoire sombre, l’apiculteur Jean Fedon se réjouit que le thiaméthoxam appartienne à la même famille de systémiques que l’imidaclopride. En effet, cela autorise à ce que les données disponibles quant aux effets de l’imidaclopride soient extrapolées à ceux du thiaméthoxam. Jean Fedon ne craint pas le thiaméthoxam pour ses ruches, considérant qu’il aura des effets semblables à ceux de l’imidaclopride. Or, il a mené deux expérimentations sur maïs traité au Gaucho (dont la substance active est l’imidaclopride) au cours des mois de juillet 2002 et 2003 et a constaté une augmentation des populations de ses colonies sur ces périodes.

Selon Jean Fedon, les limites accordées par le ministère de l’agriculture pour l’utilisation temporaire du Cruiser étaient suffisantes et ne méritaient pas les critique des apiculteurs. Par exemple, la recommandation de l’AFSSA d’un éloignement minimal des ruches de 3 km par rapport aux zones traitées est, selon lui, une limite acceptable et suffisante. En effet, il serait rare que les abeilles s’éloignent à plus de 3 km de leurs ruches.

Pourtant, un scientifiques spécialiste de l’abeille nous a bien précisé que ces limites ne présentent aucun caractère scientifique, une abeille s’éloignant bien au-delà de 3 km de la ruche. Pour lui, une abeille peut aller jusqu'à 10 km même si cela est rare dans la mesure où elle trouve généralement des plantes à butiner plus près.

Le scientifique de l’INRA, Jean-Noël Tasei considère que la limitation de l’utilisation du thiaméthoxam sur maïs amoindrit le risque, car si elle ne diminue pas la toxicité intrinsèque du thiaméthoxam, elle limite l’exposition des abeilles, puisque le maïs ne produit pas de nectar.

Témoignage de Jean-Noël Tasei :

Nous : « N’est-ce pas étrange qu’on interdise le gaucho pour à la fois autoriser une molécule qui lui est très semblable ? »

Jean-Noël Tasei : « C’est plus qu’étrange. C’est dérangeant. Ça dérange beaucoup la profession apicole qui estime que c’est un retour des mauvaises pratiques qui consistent à mener des traitements préventifs dans le sol avec des produits systémiques. Le ministère de l’agriculture a tout de même insisté et la nouvelle instance d’homologation qui est l’AFSSA a jugé sur le dossier que le cruiser pouvait être utilisé sans risque extraordinaire pour l’abeille domestique. Il y a quelques années j’avais présenté le dossier thiaméthoxam à la commission des toxiques, j’avais étudié le dossier expérimental. J’avais trouvé qu’il pouvait y avoir des risques pour l’abeille sur colza et sur tournesol. Mais dans le cas du maïs, les données de l’époque ne conduisaient pas à conclure à des risques pour l’abeille avec une marge de sécurité suffisante. Si j’étais apiculteur, je n’aurais pas trop de soucis, à condition qu’on en reste au maïs. »

Selon la société Syngenta qui produit le Cruiser, le thiaméthoxam ne serait toxique pour les abeilles "qu’à forte dose". Aucun risque en conditions réelles, où il est utilisé à très faibles concentrations. Le 9 janvier, Laurent Péron le directeur de la communication de Syngenta France affirmait au Monde que les essais sous tunnel et en plein champ n’avaient montré aucun effet significatif. Syngenta appuie la sûreté du thiaméthoxam sur l’exemplarité de quatre-vingt pays dans le monde autorisant l’utilisation du Cruiser. Néanmoins, l’interdiction récente du thiaméthoxam parmi d’autres insecticides par l’Allemagne a affaibli cette position. Néanmoins, le ministre de l’Agriculture, Michel Barnier, a rappelé que la situation allemande subissait des surmortalités non constatées en France.

Le ministère de l’agriculture avait mis en place un protocole de surveillance établi en coopération avec les associations d’apiculteurs, en Aquitaine, Rhône Alpes et Midi Pyrénées. Ce dispositif de surveillance a permis de suivre les mouvements de population d’abeilles, qui n’auraient pas été atteintes par la période d’utilisation du Cruiser sur maïs.

Avis de l'AFSSA du 21 novembre 2007

Découvrez de façon interactive les positions des différents acteurs sur l'avis de l'AFSSA du 21 novembre 2007 relatif au Cruiser. Cliquez sur l'image ci-dessous pour afficher l'animation :

rapport AFSSA

Cliquez ici pour visualiser l'avis complet2.

  1. Avis de l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments relatif aux conclusions de l'évaluation de la préparation Cruiser concernant le risque à long-terme pour les colonies d’abeilles (télécharger le pdf)
  2. Avis de l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments relatif à une demande d'autorisation de mise sur le marché de la préparation CRUISER à base de thiaméthoxam, de la société Syngenta Agro SAS, dans le cadre d'une procédure de reconnaissance mutuelle.

A lire également

Trust us, we're expert

L'expertise scientifique : quels problèmes, quels remèdes ?

par Philippe Bourlitio

Une expertise indépendante est-elle possible, souhaitable ?» lire la suite

Recherche et innovationRecherche et innovationdébattredébattreinitiéinitié6
The Hive.net

Vers une expertise appropriée à la biologie de l'abeille ?

par SciencesPo Controverses

Assiste-t-on aujourd'hui à la mise en place d'une expertise plus appropriée à la biologie de l'abeille ?» lire la suite

Abeilles et pesticidesAbeilles et pesticidesdébattredébattreinitiéinitié0

AFSSA [acteur]

par SciencesPo Controverses

Les avis de l’AFSSA fournissent effectivement la base scientifique de la décision politique, en évaluant les produits de traitement des cultures avant leur mise sur le marché.» lire la suite

Abeilles et pesticidesAbeilles et pesticidesdécouvrirdécouvrirtout publictout public0
Pas d'OGM dans mon miel

Batailles d'experts : cas du Gaucho et du Régent

par SciencesPo Controverses

Les exemples du Gaucho et du Régent illustrent la difficulté des pouvoirs publics à prendre une décision quand les expertises successives se contredisent.» lire la suite

Abeilles et pesticidesAbeilles et pesticidesdécouvrirdécouvrirtout publictout public0

Afficher une version imprimable

Commentaires

Exprimez-vous ! L'association Sciences et Démocratie se bat pour donner la parole aux citoyens dans les débats « science société ». Vos messages renforceront notre motivation.

Protocole de surveillance du Cruiser : colère des associations

Dans le cadre de l'autorisation du Cruiser pour un an décidée au début de l'année, un comité de suivi a été mis en place rassemblant des associations de défense de l'environnement, des apiculteurs et des représentants de l'Etat.

Le 30 janvier, un communiqué de presse du Ministère de l’agriculture et de la pêche indiquait : "Les modalités de ce suivi seront définies en concertation avec les représentants des apiculteurs et avec les associations protectrices de l’environnement dans le cadre du comité scientifique et technique sur le trouble des abeilles."
http://agriculture.gouv.fr/sections/presse/communiques/cruiser-mise-sur-...

Michel Barnier réaffirmait en mai dernier vouloir maintenir une grande vigilance dans la mise en œuvre du protocole de suivi.
http://agriculture.gouv.fr/sections/presse/communiques/michel-barnier-re...

Mais les associations d’apiculteurs et de protection de l’environnement ont fait savoir à plusieurs reprises leur désaccord sur ce protocole. En comité de suivi le jeudi 30 octobre, elles apprenaient pourtant que le pré-rapport d'évaluation du Cruiser était transmis à l'AFSSA le lendemain. Dans un communiqué commun du 6 novembre, elles dénoncent l'absence de véritable concertation et des résultats incomplets.
http://www.unaf-apiculture.info/presse/communique_commun_contre_homologa...

L'AFFSA rendra son avis dans quelques jours...

Cruiser : autorisation prolongée

On apprend par une actualité du site de l'AFSSA en date du 19 novembre que :

"En l'état actuel des données fournies, l'Afssa a conclu que les premières données du programme de surveillance ne contiennent pas d'élément d'alerte qui justifieraient de revoir les conclusions et recommandations émises dans ses précédents avis.
Sur la base des données présentées, l'Agence a également complété les recommandations qu'elle a déjà émises, en demandant que soient rapidement mises en application des mesures techniques complémentaires permettant de réduire l'émission et la dispersion des poussières au moment des semis.
L'ensemble de ces éléments a conduit l'Afssa à émettre un avis favorable au renouvellement de l'AMM du Cruiser qui a été transmis aux tutelles le 14 novembre 2008."

Petite critique au passage, concernant l'accès à ce type de document. Certains esprits qui se prétendent très cartésiens reprochent souvent aux "citoyens ordinaires" qui osent s'exprimer dans les débats de ne pas se documenter à la source. Mais quand on clique sur le menu "Avis" du site de l'AFSSA, on ne trouve aucun avis relatif au Cruiser en date du 14/11...

Bref, ce mercredi 17, on apprend de l'AFP que le ministère de l'Agriculture a annoncé mercredi le renouvellement jusqu'en mai 2009 de l'autorisation d'utilisation de l'insecticide Cruiser.

Cruiser : l'autorisation expire, les militants s'époumonnent

Au moment où l'autorisation temporaire du Cruiser arrive à son terme, les associations lancent une nouvelle campagne contre les pesticides : "les abeilles piquées au vif". Elle est soutenue en particulier par Les Amis de la terre, la Ligue de protection des oiseaux (LPO) et l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf).

Lire pour en savoir plus :
http://www.agirpourlenvironnement.org/campagnes/c30.htm

Cruiser

Sur la seule foi des industriels, l?Agence française de sécurité sanitaire des aliments a émis un avis favorable tout aussi complaisant que surprenant.

Le monde apicole s'est battu contre Gaucho et Régen qui ont finalement été interdits. Depuis leur disparition, les populations d'abeilles ont vu leurs effectifs repartir à la hausse. Battons nous pour ne pas renouveller l'erreur et interdir le Cruiser. casino en ligne

L'insecticide Cruiser autorisé pour 1 an, à nouveau

Le ministère de l'Agriculture a annoncé le renouvellement pour 1 an de l'autorisation d'utilisation du pesticide Cruiser, utilisé pour traiter les semences de maïs. Le retrait de cet insecticide est pourtant réclamé par les associations de défense de l'environnement et les apiculteurs
A lire sur Maxisciences.com.

Annulation des autorisations du Cruiser pour 2008 et 2009

Bonjour,

Je partage les dernières info sur lesquelles je suis tombées concernant le dossier Cruiser :

Le Conseil d'Etat a annulé en février dernier les autorisations qui avaient été accordées temporairement pour 2008 et 2009. Il doit également se prononcer sur le Cruiser 350 pour 2010 et 2011.

Source :
http://www.echo-nature.com/inf/actu.cgi?id=4585