Une histoire de la culture scientifique - 2ème partie


Mots-clés : histoire vulgarisation
External Tank ET-134 at Michoud Assembly Facility (NASA, 10/15/09)

Aujourd'hui, les éditions françaises publient une demi-douzaine de revues de vulgarisation scientifique. Les plus connues sont La Recherche, Science et Vie, Sciences et Avenir... Ces publications nées durant la période des trente glorieuses (sauf Science et Vie en 1913) traitent des dernières découvertes et des nombreux questionnements que ces nouveautés scientifiques soulèvent. Ces revues sont récentes par rapport à la naissance de la vulgarisation scientifique. En l'occurrence, aucun des très nombreux magasines de l' « âge d'or » de la vulgarisation scientifique n'existe encore à ce jour.

Pascal Lapointe, explique dans son guide de la vulgarisation1 ce phénomène par la diminution du nombre d'abonnés et le manque d'argent des sociétés d'éditions. Les rubriques scientifiques dans les journaux se font plus rares. Il faut un événement tel que l'approche de la comète de Halley en 1910 pour ré-entendre parler de science. La première guerre mondiale met fin à cette période notable de la vulgarisation scientifique.

Les sciences, à l'école comme à la guerre

La première raison évoquée par les historiens des sciences est l'apparition de l'enseignement scientifique dans les programmes scolaires. Avant la fin du XIXe siècle, les sciences n'étaient enseignées que dans les cours du soir ou de manière autodidacte dans les ouvrages. Or, dès l'entrée dans les années 1900, les sciences font partie des apprentissages des élèves au même titre que le français ou la géographie. Les éditeurs se concentrent alors sur les publications de manuels scolaires plutôt que sur les ouvrages populaires. Cet enseignement supplémentaire concerne les sciences dites « exactes ». Notons plus généralement que la vulgarisation scientifique dont nous traitons dans l'ensemble de ce dossier concerne les mathématiques, la physique, la biologie, la chimie, l'astronomie... La vulgarisation des sciences humaines et sociales n'est évoquée à aucun moment. N'y a-t-il pas là un manque ?

Les historiens observent également quelques changements dans l'attirance de la population française pour les sciences. En effet, les français apprécient de plus en plus, et ceci s'expliquent en partie par les expositions universelles, la science spectaculaire, avec des machines toujours plus imposantes, des expériences qui éblouissent. Au début du XXe siècle, on priviligie la science qui nous en met plein les yeux. Aussi, les quelques vulgarisateurs de l'époque mettent l'accent sur les découvertes et sur les côtés sensationnels et toujours positifs de la science. Les découvertes médicales sont un bon exemple de ce genre de science.

Enfin, l'intérêt pour les sciences diminue parce qu'elles promettent des miracles qu'elles ne permettent pas toujours. Non, la science ne va pas régler tous les problèmes de la société. Ceux qui pensaient se servir de la science pour établir la paix dans le monde déchantent. Et bien encore à l'approche de la première guerre mondiale quand il se pourrait que guerre, science et techniques soient devenues alliées. Ici, l'allusion est faite par exemple aux gaz asphyxiants utilisés sur le champ de bataille. Parmi les belles découvertes scientifiques, le sous-marin imaginé par Jules Verne se transforme bel et bien quinze ans plus tard en engin à usage militaire. Pour finir avec la bombe atomique en 1945.

Ces deux dernières explications sur le déclin de la vulgarisation scientifique française paraissent contradictoires. Comment peut-on vouloir de la science spectaculaire si l'on comprend bien qu'elle ne peut pas répondre aux demandes de la société ?

Alors qu'en est-il aujourd'hui ?

Dans le monde du XXIe siècle, la science est partout. Dans nos vêtements, dans nos assiettes, dans nos nouvelles manières de donner la vie, devant l'urgence de lutter contre les changements climatiques. C'est une science qui interroge toujours plus, qui inquiète parfois, qui provoquent nombre de désaccords. Mais c'est aussi une science qui intéresse. Les magasines, la télévision, Internet, tous les moyens sont bons pour s'informer, pour se questionner et pour donner son avis.

La vulgarisation scientifique est remise en question sans cesse. Actuellement, plutôt que de la définir, les chercheurs en Sciences Humaines s'attachent à mieux l'appréhender dans l'objectif d'améliorer les processus de diffusion, et de mieux cerner les enjeux.

Les nouvelles questions sont les suivantes : quelle est la culture scientifique de base que chaque citoyen se doit d'entretenir ? Comment l'évaluer ? Qui doit effectuer cette vulgarisation (à l'heure où ce domaine professionnel est en pleine explosion) ?

Épineuse également est la question de savoir si la vulgarisation scientifique est au service de la science ? De la société ?

Des années 1800 aux années 2000, les productions (toutes formes confondues) de vulgarisation scientifique n'ont pas cessé de diminuer tout en se modifiant. Aujourd'hui, et avec l'apparition de nouveaux outils (réseaux sociaux, conférences de citoyens, exposition immersive, etc.), on peut espérer un renouveau de la vulgarisation dite maintenant médiation scientifique.

C'est sans compter quelques mouvements locaux et nationaux dans les moyens et les façons de faire cette médiation.

  1. Pascal LAPOINTE, Guide de vulgarisation , au delà de la découverte scientifique : la société. Québec, Multimondes, 2008, 320p

A lire également

Mes lectures de sociologie des sciences

La vulgarisation en mathématiques et les « lois » du marché

par Nicolas Gauvrit

La publication d'ouvrages de vulgarisation scientifique suit une logique différente de celle appliquée aux oeuvres littéraires. Ce n'est pas sans conséquences sur l'offre...» lire la suite

La culture scientifique et techniqueLa culture scientifique et techniquedécouvrirdécouvrirtout publictout public7
106047

Une histoire de la culture scientifique - 1ère partie

par Océane

Un éclairage historique du débat. Première partie : la période 11e - 19e siècles» lire la suite

La culture scientifique et techniqueLa culture scientifique et techniquedécouvrirdécouvrirtout publictout public7

Afficher une version imprimable