Des nanoproduits déjà sur le marché


Mots-clés : crème solaire nanoparticules noir de carbone silice TiO2 titane
wall of tv's 2

D'une manière générale, ce sont les nanoparticules qui ont pour l'instant la part du lion sur le marché des nanotechnologies. Certaines sont utilisées depuis la nuit des temps, certains pigments présents dans les peintures rupestres par exemple. D'autres ont fait l'objet d'une attention particulière beaucoup plus récemment. Voici quelques unes de ces applications.

Le noir de carbone

Quand vous approchez une paroi froide de la flamme jaune (combustion incomplète) d'une bougie, une trace noire se forme. Il s'agit d'un dépot de fines particules de carbone (10 à 400 nm de diamètre), que l'on appelle noir de carbone ou encore noir de fumée, noir de lampe, noir de suie ou noir de gaz. Produit industriellement, il a de nombreux usages : comme pigment (encres), comme « agent de renforcement » (pneus, semelles de chaussure), comme isolant de la lumière (dans certains emballages)...

Le dioxyde de titane

Le dioxyde de titane (TiO2), obtenu à partir de minerai, est utilisé comme pigment blanc. On le retrouve logiquement dans les peintures et les encres, mais aussi dans de nombreux matériaux (matières plastiques, caoutchoucs, fibres synthétiques...), ainsi que dans les cosmétiques, les dentifrices, les produits pharmaceutiques ou encore comme colorant alimentaire.

Le dioxyde de titane est également utilisé comme filtre anti-UV dans les crèmes solaires. Incorporés sous forme de poudre microscopique, il laisse cependant des traces blanches sur la peau. Ceci est du au fait qu'autour de 300 nm, les particules réfléchissent la lumière visible. En réduisant leur taille entre 30 et 50 nm, on supprime le phénomène de réflexion de la lumière visible tout en conservant la réflexion des UV [1]. C'est ainsi qu'on trouve depuis peu sur le marché des crèmes solaires à base de TiO2 qui ne laissent plus de traces blanches.

Le dioxyde de titane est encore employé pour ses propriétés photocatalytiques dans l'élaboration de surfaces autonettoyantes.

Autres oxydes métalliques

Les oxydes semblent intéresser beaucoup de monde, dans des domaines très divers. Actuellement sur le marché, citons :

  • l'oxyde de Zinc (ZnO) qui possède globalement les mêmes propriétés et les mêmes usages que le dioxyde de titane...
  • des nanoparticules de dioxyde d'étain (SnO2) déposées sur puce de silicium, forment la couche sensible de capteurs de gaz (l'emploi de l'oxyde de tungstène à la place du SnO2 étant à l'étude pour produire des capteurs plus sensibles dans le cadre de la détection des gazs nocifs [2]) ;

Les nanoparticules de silice

Le pneu « vert » de Michelin, un pneu offrant une basse résistance au roulement qui permet réduire la consommation de carburant, repose sur l'adjonction de nanoparticules de silice à la place du noir de carbone mentionné plus haut.

Références

1. Jean-François HOCHEPIED, Véronique GUYOT-FERRÉOL. Cosmétique et nanomatériaux.

2. Un nanocapteur pour détecter les gaz nocifs. Suisse : Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie, 02 décembre 2003.

A lire également

Tubes

Toxicité des nanoparticules et des nanotubes

par Philippe Bourlitio

Les nanotubes représentent-ils une menace de type « amiante » en s'insinuant dans nos voies respiratoires ? Jusqu'où les nanoparticules peuvent-elles pénétrer dans un organisme du fait de leur taille ?» lire la suite

Les nanotechnologiesLes nanotechnologiesdécouvrirdécouvririnitiéinitié38
Danger!

Faut-il une étiquette « nano » pour protéger les consommateurs ?

par Philippe Bourlitio

Faut-il une étiquette « nano inside » sur les produits de consommation contenant des nanomatériaux ou des nanoparticules ?» lire la suite

Les nanotechnologiesLes nanotechnologiesdébattredébattretout publictout public8

Afficher une version imprimable

Commentaires

Exprimez-vous ! L'association Sciences et Démocratie se bat pour donner la parole aux citoyens dans les débats « science société ». Vos messages renforceront notre motivation.

Premier inventaire public

« Le premier inventaire accessible au grand public des produits commerciaux dérivés des nanotechnologies est désormais disponible gratuitement en ligne. 212 produits ont été identifiés comme 'nano' par le Woodrow Wilson International Center for Scholars basé à Washington D.C et qui s'occupe de questions sociétales dans de nombreux domaines. Commencé en 2005, cet inventaire compile les produits fabriqués dans le monde entier dont l'élaboration utilise les nanotechnologies ou qui incorporent des nano-matériaux. 15 pays différents sont représentés dans cette liste, et 126 biens de consommation sur les 202 répertoriés sont manufacturés aux Etats-Unis, 42 proviennent d'Asie et 35 d'Europe (9 de France). Tous les produits listés sont disponibles aux consommateurs. Parmi les types de produits les plus cités, on trouve les vêtements, les accessoires sportifs et les cosmétiques. Les matériaux les plus couramment utilisés comme nano-composants dans ces produits sont dans l'ordre décroissant : carbone (essentiellement nanotubes et fullerènes), argent, silicium, oxyde de titane, oxyde de zinc et oxyde de cérium. Cette liste de produits permet de donner aux consommateurs une vue générale des applications commerciales des nanotechnologies. Elle n'est certainement pas exhaustive et les critères de labellisation 'nano' sont parfois discutables. »

source :
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/32696.htm

L'inventaire (en anglais) se trouve sur :
http://www.nanotechproject.org/index.php?id=44

Si vous souhaitez discuter desdits critères de labellisation :
http://www.sciences-et-democratie.net/dossiers-et-debats/les-nanotechnol...

Elimination de gaz toxiques grâce au dioxyde de titane

On avait noté l'utilisation du dioxyde de titane comme photocatalyseur pour la fabrication de surfaces auto-nettoyantes. Le Monde du 30 décembre nous en signale une nouvelle application : un béton capable de purifier l'air.

"(...) un béton auquel a été incorporé un pigment blanc aux propriétés assez extraordinaires, le dioxyde de titane. L'action des rayons ultraviolets émis par le soleil transforme ce pigment en catalyseur : les polluants comme les oxydes d'azote (NOx) ou les composés organiques volatils (COV) sont oxydés et transformés en éléments non toxiques."

Résultat des expérimentations : ce béton serait capable de réduire la pollution à l'intérieur des habitations mais aussi de supprimer les pics de pollution dans les rues.

Ressources en Anglais sur les "NanoProducts"

Vous pouvez trouver des ressources en anglais sur le site réalisé et régulièrement mis à jour par des citoyens et des universitaires de Madison-Wisconsin:
http://www.nanocafes.org/nanoproducts

La Bd et la science

Créateur de bande dessinée, j'ai crée "TITANE". Un super héros qui utilise la nanotechnologie pour se forger une armure instantanément via une décharge éléctrique. Elle lui permet aussi de se propulser dans les airs par modifications du nombres d'éléctrons (anti-gravité).
Je continue mes recherche pour approcher au mieu la réalsité scientifque, si vous avez une petit anecdote intéressante, n'hésitez pas à m'en faire part.
Merci,
MIKE
Pour voir TITANE: www.tonycomicsgroupe.com

photocatalyse

Un revêtement spécial antipollution existe déjà en France sous la marque PHOTOCAL... Il s'agit d'un revêtement photocatalytique entierement transparent basé sur du dioxyde de titane sous forme anatase capable de rendre toutes surfaces autonettoyantes. La photocatalyse que provoque ce revêtement est non seulement capable de dépolluer l'air ambiant ainsi que de rendre les bâtiments et constructions autonettoyantes mais en plus, appliqué à l'intérieur des mêmes bâtiments, il détruit les bactéries, les virus, les microbes, les pollens, les acariens, les odeurs, les composés organiques volatiles toxiques... Bref, une véritable révolution pour la préservation de notre santé... Et cocorico, c'est français !

Cocorico ?

Sur les applications auto-nettoyantes et antimicrobiennes rendues possibles par les nanotechnologies, la vigilance devrait être à la hauteur de votre enthousiasme Sylvie.
Des études et articles mettent en garde contre leurs possibles effets secondaires et non désirables.
Pour plus d'informations :

http://www.nanocafes.org/nanoproducts_antibacterial

http://www.nsec.wisc.edu/NanoRisks/NS--NanoAntimicrobials.php

Re: Des nanoproduits déjà sur le marché

bonsoir nous sommes des élèves de 1er S et notre sujet de TPE portes sur l'evolutions des nanotechnologie pourront t'elle ev