Quel rôle pour les politiques ?


Mots-clés : OGM politiques rôles
Protest against DNA Immigration laws

Les politiques doivent-ils rester neutres et se contenter d'arbitrer ou bien doivent-ils prendre position sur le fond des débats ?

Dans un article de la page Débats du Monde du 21 mai 2008 intitulé "Les OGM, querelle idéologique", Jean-Paul Oury soutient que le rôle des politiques n'est pas de trancher entre l'une des deux idéologies en présence, basées sur des visions opposées du rapport de l'homme à la nature, mais de leur permettre de coexister. Cette coexistence doit être organisée en prenant des mesures pour que le maïsiculteur OGM n'empêche pas le fermier bio de respecter son cahier des charges et en imposant l'étiquetage pour laisser le choix au consommateur.
Le principe de laïcité appliqué aux OGM, en quelque sorte !

Les politiques peuvent-ils s'en tenir à cette neutralité, sans prendre position sur le fond du débat ?

Synthèse au 13/09/08

Dans ce début de discussion, il y a consensus pour que les politiques prennent position dans les débats qui leur sont soumis :

  • en défendant leurs valeurs (mais leur marge de manœuvre est parfois faible) [Philippe Bourlitio]
  • en fonction d'un ensemble de critères (dont les données scientifiques ne sont qu'une partie) [Alice le lun]
  • dans le sens de l'intérêt général, en se basant sur un large débat et en s'efforçant de limiter la part de l'idéologie et de l'irrationnel [eric lombard]
  • sans se soumettre aux lobbies de l'argent [galou le jeu]
  • en acceptant de prendre des risques [Alice le lun]

Deux intervenants soulignent que le débat sur les OGM n'est pas purement idéologique (les faits objectifs ne manquent pas [eric lombard] ; divergence d’intérêts très classique [arcimboldo]).

J'ai également souligné que la position de neutralité défendue par Jean-Paul Oury, qui préconise des mesures (incitatives ou restrictives) pour assurer la coexistence, se situe entre l'interdiction pure et simple (cannabis) et la liberté totale (viande), et que beaucoup de produits non réglementés ne sont pas sans effets nuisibles.

A lire également

Snow-making machines

L'Homme, la technique et la nature

par Philippe Bourlitio

Deux visions du monde à jamais inconciliables ?» lire la suite

Les valeurs sociales et culturellesLes valeurs sociales et culturellescomprendrecomprendretout publictout public3

Afficher une version imprimable

Commentaires

Exprimez-vous ! L'association Sciences et Démocratie se bat pour donner la parole aux citoyens dans les débats « science société ». Vos messages renforceront notre motivation.

Re: Quel rôle pour les politiques ?

Les politiques doivent-ils prendre position et défendre certaines valeurs ou, à l'inverse, respecter les différentes positions existantes et assurer leur coexistence ? J'ai quelques difficultés à trancher. Les élus devraient sans doute défendre les valeurs auquelles ils croient eux-mêmes, partant du principe que c'est sur leurs prises de position qu'ils ont été élus. Le problème, c'est qu'un vote est un compromis. On adhère rarement à l'intégralité d'un programme. Sur une question particulière, l'élu peut être en décalage avec ses électeurs. Mais cette prise de position a-t-elle finalement une incidence sur la décision ? Prenons le texte de loi sur les OGM dont parle Jean-Paul Oury dans son article. C'est effectivement un bon exemple. Il s'agit de transposer les derniers points d'une directive européenne sur la dissémination des OGM datant de 2001. Dans un chat sur Le Monde le 18 avril, Nathalie Kosciusko-Morizet a qualifié le texte de "correct compte tenu des contraintes", en référence à la directive. Quand on sait que la France est menacée de lourdes sanctions financières pour le retard pris dans cette transposition (plus de 200.000 euros par jour de retard supplémentaire), le choix apparaît limité. La prise de position des uns et des autres a tout de même pu avoir une incidence à la marge : les amendements ont été nombreux.

Re: Quel rôle pour les politiques ?

Qui etes-vous? Présentez-vous sans oublier de mentionner le ou les lobby militaro-insdustriels qui vous financent? Pour ma par je suis un citoyen en alerte permanente et observe tous les jours que les pouvoirs de l'argent ont remplacé toute forme de démocratie sur cette planète. Plus vous serez intelligent pour noyer le poisson et vous enrichir plus votre société gagnera en bourse.La question des politiques sur les lois concernant les sciences doit rester à la faveur des politiques sans lequel la démocratie n'existe plus? Preuve est fait tous les jours que les lobbys gouvernent le monde actuellement et en particulier les sciences,les OGM, la biotechnologie, le brevetage du vivant. Quand le citoyen mettra en prison à vie la moitié des députés français, tous le sénat, le gouvernement actuel, les trois quart des grands dirigeants financiers et industriels? Ils ruinent la santé de cette planète et tue leur propre enfant ils ne méritent plus de vivre.

Re: Quel rôle pour les politiques ?

Les politiques doivent-ils rester neutres et se contenter d'arbitrer ou bien doivent-ils prendre position sur le fond des débats ?

Je ne pense pas qu'une personnalité politique puisse rester neutre.
Choisir un compromis entre des positions existantes - assurer leur coexistence - ou trancher est dans tous les cas une démarche non neutre.
A mon sens, le rôle du politique est justement des faire des choix (ce qui n'est pas le rôle du scientifique par exemple). Choix réalisés en fonction d'un ensemble de critères dont les données scientifiques ne sont qu'UNE partie.

Le rôle du personnage politique sera ensuite d'expliciter son choix en différenciant bien tous les aspects qui ont mené à son aboutissement :
-raisons éthiques et morales
-raisons économiques
-raisons politiques
-résultats scientifiques
-raisons sociales
etc...

A mon avis, on ne peut pas faire l'économie du choix, il n'existe pas de solution 'évidente' ou 'vraie' ou 'juste' dans l'absolu.
On ne peut pas non plus faire l'économie de l'erreur.
C'est d'ailleurs ce qui plombe (entre autres) les prises de décisions politiques.
Les personnes politiques n'ont pas à leur portée de moyen évident de décision (sinon, on n'aurait pas besoin d'eux, il suffirait de rentrer toutes les données dans un ordinateur, qui nous donnerait, moyennant un petit programme simple, LA réponse).

Une personne politique doit choisir, et ce faisant prendre le risque de faire des erreurs monumentales ... et le risque de faire évoluer les choses aussi ...

La personne politique qui me ressemble le plus va orienter son choix en fonction de critères politiques, éthiques, économiques, sociaux et moraux qui me sont proches.

En espérant qu'elle n'essaie pas de me faire croire qu'il s'agit de LA vérité ou DU moyen ....

Les politiques peuvent-ils rester neutres ?

Le débat sur les OGM n'est pas purement idéologique

C'est en partant du principe que le débat sur les OGM est purement idéologique, que Jean-Paul Oury en arrive à la conclusion que les politiques ne peuvent pas, donc ne doivent pas trancher. Le problème est que le débat n'est pas purement idéologique. Il est, c'est vrai, biaisé par des présupposés idéologiques, mais les faits objectifs ne manquent pas, même s'il reste encore beaucoup d'incertitudes ou d'inconnues.

Contrairement à ce que préconise JP Oury, le choix ne peut être laissé au consommateur, sa décision est plus lourde de conséquences que le simple choix d'un film au cinéma, elle n'engage pas que lui. C'est aux politiques de trancher, dans le sens de l'intérêt général, en se basant sur un large débat et en s'efforçant de limiter la part de l'idéologie et de l'irrationnel.

La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres

L'attitude de neutralité n'est tenable que tant que le libre choix des individus ne risque pas de causer de préjudice aux autres ou à la société dans son ensemble.

Exemple de neutralité avec organisation de la coexistence : le tabac. Interdit seulement dans les lieux publics en France.
(Mais ce statu-quo ne porte-t-il pas préjudice à la société en faisant peser sur tous les coûts de santé induits par les fumeurs ?)

Exemple de non neutralité : le cannabis. Interdit en France.

Exemple de neutralité sans organisation de la coexistence : la viande.
La viande, non toxique (à dose raisonnable ...), est en vente libre en France et ailleurs. Et pourtant sa production induit des émissions très importantes de gaz à effet de serre dont l'impact climatique commence à peser très fort, surtout d'ailleurs sur les plus pauvres, faibles consommateurs de viande (Selon un rapport de la FAO, l'élevage est une source de GES plus importante que les transports, au niveau mondial - http://www.virtualcentre.org/en/library/key_pub/longshad/A0701E00.pdf).
A travers ce dernier exemple, on s'aperçoit que la majorité des produits de consommation courante font l'objet d'une neutralité bienveillante, sans organisation de la coexistence entre ceux qui en bénéficient et ceux qui en pâtissent ...

Re: Neutralité: de quoi s'agit-il?

Les politiques ont pour mission de décider, pas de rester comme spectateurs en comptant les points. Par ailleurs, feindre de croire que les débats sur les OGM, comme d’ailleurs tous les débats sur les applications de la science, sont des débats idéologiques, est une escroquerie intellectuelle. Cela voudrait dire que les uns et les autres ont une vision de la réalité dirigée par une construction intellectuelle faussée. Or, si dans les deux camps, certains des protagonistes ont effectivement une vision idéologique, le fond du débat correspond à une divergence d’intérêts très classique. Entre les producteurs d’OGM qui voient une possibilité de profits considérables et les consommateurs qui ne voient pas d’intérêt dans les OGM alimentaires, mais au contraire un risque si minime soit-il, le politique peut s’abstraire de toute vision idéologique, et, au contraire, agir en fonction du « bien commun ».

Est-ce une attitude neutre pour autant ? Je ne le crois pas, dans la mesure ou toute décision peut être ressentie par l’un ou l’autre camp comme un non respect de la « neutralité ». On doit donc plutôt attendre du politique l’ « impartialité », plutôt que la neutralité. Encore faudrait-il définir l’ « impartialité ». A mon avis, en excluant le champ idéologique, l’impartialité équivaut à l’absence de conflit d’intérêts.

Ce qu’il faudrait exiger d’un politique, c’est qu’il ne reçoive pas de soutien financier direct ou indirect des industriels. On est très loin d’avoir des garanties là-dessus en France. Souvenons-nous qu’Axel Kahn, premier président de la Commission du Génie Biomoléculaire, a été embauché comme conseiller scientifique par la compagnie Rhône-Poulenc juste après avoir remis un rapport favorable à la culture des OGM en France, alors que RP était favorisée au premier chef par ce rapport. Dans le même temps, il conservait son poste de fonctionnaire à l’INSERM, et de membre du Conseil Consultatif National d’Ethique !

Cela indique que les français sont très peu vigilants sur les questions de morale et de conflit d’intérêts, puisqu’ils ne sont pas choqués de voir Axel Kahn intervenir à tout bout de champ dans les médias sur les questions de morale (sa dernière trouvaille : la morale sportive est immorale !).

Re: Neutralité: de quoi s'agit-il?

L'objectivité m'oblige à rappeler qu'Axel Kahn, même s'il a participé à des commissions en tant qu'expert, n'est pas un politique amené à voter des lois ou promulguer des décrets.

Re: Neutralité: de quoi s'agit-il?

Vous avez raison, si j’ai pris l’exemple d’Axel Kahn, ça n’est pas pour stigmatiser les politiques, mais pour montrer l’ignorance totale en France de la notion de conflit d’intérêts, illustrée par le maintien d’Axel Kahn dans le Comité Consultatif National d’Ethique, comme si le conflit d’intérêts n’était pas au coeur de la morale laïque.