Crue majeure en Russie et au Kazakhstan : une menace invisible force des milliers à abandonner leur foyer

Depuis quelques jours, l'augmentation du niveau de l'eau du fleuve Oural, qui traverse la Russie et le Kazakhstan, a contraint les autorités à déplacer des milliers de personnes.

Un danger silencieux s’installe #

Cette situation alarmante est due à une crue potentiellement record qui pourrait surpasser celle enregistrée il y a plus de quatre-vingts ans.

La semaine dernière, la ville d’Orsk a connu des inondations critiques lorsque un barrage a cédé face à la pression de l’eau. L’eau continue d’augmenter, menaçant principalement le sud de la Russie et le Kazakhstan, notamment le long du fleuve Oural.

Les conséquences immédiates de la crue #

Au cœur de l’inquiétude, la ville d’Orenbourg, située sur les rives de l’Oural, où l’eau a atteint 914 centimètres. Le maire adjoint a averti que le niveau d’eau pourrait devenir un danger pour la ville si elle atteint 930 cm. Étonnamment, le record atteint était de 946 cm en 1942. Devant cette menace, il a appelé les habitants de plusieurs quartiers à évacuer rapidement.

À lire Comment réussir son projet de création de site internet

Les autorités russes ont déclaré avoir évacué 6 500 personnes et plus de 10 550 maisons ont été inondées. Au total, 62 localités et 4 400 habitations sont dans la zone à risques, selon le ministère russe des Situations d’urgence.

La réaction des habitants face à la crise #

Devant les inondations historiques, certains Russes ont exprimé leur mécontentement et demandé des comptes aux autorités, malgré les menaces du parquet régional contre tout rassemblement illégal. Le manque de présence du président russe, Vladimir Poutine, dans les régions touchées par les inondations a été fortement critiqué.

En réaction à ces critiques, le porte-parole du Kremlin a déclaré que Poutine « est présent sur cette thématique en permanence. Il s’occupe de ces questions toute la journée ». Il a promis que les populations touchées par les inondations allaient « recevoir toute l’aide nécessaire malgré les conditions difficiles ».

Le Kazakhstan, aussi gravement touché #

C’est au Kazakhstan que la crue impacte le plus grand nombre d’habitants. Depuis le début de la crue, le pays a évacué 86 000 personnes dont 29 000 enfants, selon le ministère kazakh des Situations d’urgence. Environ 23 000 sauveteurs sont mobilisés dans les opérations d’évacuation.

À lire Céline Dion hésite encore à revenir sur scène malgré son combat contre une maladie rare

Voici quelques conséquences de cette crue majeure :

  • Évacuation de milliers de personnes
  • Inondation de maisons et d’établissements
  • Dommages aux infrastructures
  • Perturbation de la vie quotidienne

Origines possibles de la crue #

Ces crues sont causées par de fortes pluies combinées à une augmentation des températures, à la fonte accrue des neiges et à la débâcle des glaces hivernales recouvrant rivières et fleuves. Bien qu’aucun lien n’ait été établi avec le changement climatique, le réchauffement de la planète favorise des événements météorologiques extrêmes comme les fortes précipitations à l’origine d’inondations.

Les présidents russe et kazakh, Vladimir Poutine et Kassym-Jomart Tokaïev, se sont entretenus au téléphone et se sont « entendus pour donner des injonctions pour activer » la coordination des secours et de prévision des météorologues, selon le Kremlin.

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :