Quand la décoration moderne cause des problèmes inattendus : une résidente de La Grande-Motte confrontée à la chaleur extrême de son balcon

Imaginez un instant vivre dans un logement flambant neuf, spacieux et baigné de lumière.

La résidence Pure : un rêve devenu cauchemar #

C’est ce qu’a vécu Christine Duclot, une résidente de La Grande-Motte qui a emménagé dans la résidence Pure en juillet dernier. Avec son appartement de 100 m2 offrant une vue imprenable, elle pensait avoir trouvé l’endroit idéal pour profiter de sa retraite.

Cependant, ce qui aurait dû être un rêve s’est transformé en cauchemar. La raison ? Des éléments décoratifs métalliques en forme de polyèdres qui ornent la façade de l’immeuble. Ces structures, bien qu’esthétiques, ont un effet secondaire inattendu et dangereux.

Un balcon brûlant #

Sur le balcon de Christine, ces polyèdres se comportent comme des miroirs, réfléchissant la lumière du soleil avec une intensité suffisante pour brûler. Entre 11 heures et 13 heures, la chaleur est telle que le tissu ignifugé de son canapé de jardin a développé des cloques. Pire encore, la mousse du canapé a fondu et un carton posé en expérimentation a brûlé.

À lire Comment réussir son projet de création de site internet

Le thermomètre de Christine a enregistré une température de 150° C, une chaleur suffisante pour rendre son balcon inhabitable pendant les heures d’ensoleillement. Un problème qu’elle n’avait pas prévu lorsqu’elle avait choisi cet appartement et qui a transformé son balcon en véritable four solaire.

Recherche de solutions #

Face à cette situation, Christine et d’autres propriétaires de l’immeuble ont alerté le promoteur Kaufmann & Broad. Ce dernier a proposé d’installer un filtre sur les parties réfléchissantes de la structure, une solution que Christine et d’autres résidents refusent, estimant qu’elle ne serait pas durable.

Ils demandent une solution plus permanente, comme l’application d’un traitement mat sur les polyèdres pour réduire leur effet de réflexion. Cependant, une telle transformation pourrait compromettre l’esthétique originale du bâtiment, conçue par l’architecte François Fontès.

  • La résidence Pure, un immeuble moderne avec une décoration problématique
  • Des polyèdres en inox qui se comportent comme des miroirs
  • Un balcon qui devient un véritable four solaire
  • Une situation qui met en lumière les conséquences inattendues de certains choix architecturaux

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :