La nouvelle réalité de l’industrie horlogère : Le salon de Genève ouvre ses portes sur une note douce-amère après une série de records

Le salon horloger de Genève, une vitrine majeure pour l'industrie horlogère, a ouvert ses portes sur une note plus douce cette année, suite à une consommation réduite en Chine et un intérêt décroissant pour le luxe en général.

Un début plus doux pour le salon horloger de Genève #

Cet événement annuel, baptisé Watches & Wonders, a été le théâtre d’un spectacle fascinant avec la participation de 54 grandes marques, parmi lesquelles Rolex, Patek Philippe, Cartier Chopard, Hermès et Chanel.

Alors que le salon accueille traditionnellement les professionnels qui viennent passer leurs commandes, il a également ouvert ses portes au public pendant trois jours, en recourant à une panoplie d’animations et de contenus sur les réseaux sociaux pour attirer la prochaine génération d’acheteurs. Un effort qui semble porter ses fruits, puisque la moyenne d’âge des visiteurs lors des journées ouvertes au public était de 35 ans, un signe encourageant pour le futur de l’industrie.

Le ralentissement de la consommation de luxe #

Les exportations horlogères suisses ont connu des records pour la troisième année consécutive l’année dernière, atteignant 26,7 milliards de francs suisses. Cependant, la croissance a ralenti, avec une progression de 7,6% en 2023, après une croissance de 11,4% en 2022 et un rebond de 31,2% en 2021. Ce ralentissement est attribué à une clientèle plus prudente, notamment en raison de l’inflation, de la hausse des taux d’intérêt et des licenciements dans le secteur des technologies.

À lire Comment réussir son projet de création de site internet

La consommation chinoise n’a pas retrouvé ses niveaux d’avant-Covid, et la vague d’achats de revanche – où une partie des consommateurs ont utilisé les économies accumulées pendant les confinements pour s’offrir des produits de luxe – est désormais passée. Ce ralentissement commence à se faire ressentir chez les sous-traitants, avec des commandes repoussées ou des quantités réduites.

Le panorama des marques de luxe #

Malgré le ralentissement global, certaines marques de luxe, comme Patek Philippe, continuent de prospérer. Le directeur de Patek Philippe, Thierry Stern, tout en reconnaissant que les temps sont plus calmes, reste confiant quant aux perspectives de sa marque. Il estime que « peut-être qu’on revient à la réalité ».

Il ne faut pas oublier que toutes les marques ne sont pas touchées de la même manière par le ralentissement. Les marques haut de gamme, comme Patek Philippe, peuvent compter sur une clientèle très aisée, peu sensible aux aléas de l’activité économique, ce qui leur permet de continuer à croître. Selon une étude de la banque américaine Morgan Stanley, les modèles dont le prix dépasse 25.000 francs suisses contribuent à eux seuls à 69% de la croissance de l’horlogerie suisse.

Voici quelques points à retenir :

À lire Céline Dion hésite encore à revenir sur scène malgré son combat contre une maladie rare

  • Le salon horloger de Genève a débuté sur une note plus douce cette année
  • La consommation de luxe a ralenti, en partie due à une clientèle plus prudente et à une consommation réduite en Chine
  • Certaines marques haut de gamme, comme Patek Philippe, continuent de prospérer malgré le ralentissement global
  • Les modèles de montres dont le prix dépasse 25.000 francs suisses représentent 69% de la croissance de l’horlogerie suisse

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :