Un voyage dans le temps : Retour sur la vie du vice-champion olympique Jo Gonzalez, prêt à rallumer la flamme pour Paris 2024

À Narbonne, le 6 août 1941, est né un homme destiné à marquer l'histoire de la boxe française : Jo Gonzalez.

La naissance d’une légende #

Enfant, il resserre déjà ses petits poings, annonçant une vie vouée à la boxe, une vie où il esquive rarement les défis. Fils d’un régisseur et d’une mère au foyer, Jo est l’ultime membre d’une famille de cinq enfants.

Jo n’était pas un fervent adepte de l’école mais il a trouvé sa vocation à travers le travail manuel en tant qu’apprenti boulanger. Plus tard, il fait ses armes à la miroiterie Graves-Laurens, où Maurice Graves, président du Boxing-club, repère son talent pour frapper les sacs de boxe.

Le parcours d’un champion #

Entre 1958 et 1964, Jo Gonzalez forge sa carrière en amateur, accumulant 76 combats, avec seulement quatre défaites. Il entre à l’INSEP, rejoint l’équipe de France et sert au Bataillon de Joinville. C’est là que Fernand Vianey, figure de proue de la boxe amateur en France, prend Jo sous son aile et l’emmène encore plus loin.

À lire Comment réussir son projet de création de site internet

Son palmarès est impressionnant : trois fois champion de France, finaliste aux championnats du Monde militaire, médaille d’or aux jeux de l’Amitié. Le point culminant de sa carrière survient le 21 octobre 1964, lors des Jeux Olympiques à Tokyo, où Jo se hisse jusqu’en finale et remporte la médaille d’argent.

La retraite d’un boxeur #

De 1964 à 1971, Jo Gonzalez poursuit une carrière professionnelle fructueuse. Toutefois, à 30 ans, il décide de raccrocher les gants et de se tourner vers une nouvelle voie. Avec sa femme Jeannine, ils retournent à Narbonne et ouvrent un restaurant sur la route de Perpignan, où Jo troque ses gants de boxe contre un tablier de cuisinier.

Au fil des ans, Jo et Jeannine fondent également une discothèque et un cabaret, L’Olympe, qui berce les Narbonnais pendant une décennie. Actuellement, ils apprécient une retraite paisible, entourés de leur famille.

  • Championnats de boxe : 76 combats
  • Champion de France : 3 fois
  • Jeux Olympiques : médaille d’argent à Tokyo en 1964
  • Carrière professionnelle : 52 combats
  • Retraite : propriétaire d’un restaurant et d’une discothèque

Un retour aux sources #

Jo Gonzalez est appelé à être le dernier porteur de la flamme à Narbonne pour les Jeux Olympiques de Paris 2024. Malgré son âge, Jo reste passionné par la boxe et garde un œil attentif sur l’évolution de son sport.

À lire Céline Dion hésite encore à revenir sur scène malgré son combat contre une maladie rare

En dépit des années, Jo Gonzalez reste à jamais un monument du sport français, sa passion et son dévouement pour la boxe restant indéfectibles. Les Jeux Olympiques de Paris 2024 seront l’occasion pour Jo de renouer avec l’excitation et l’honneur qui accompagnent le fait d’être un champion olympique.

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis