Une mère dévoile le harcèlement subi par sa fille à l’école : un récit bouleversant qui remet en question la sécurité de nos enfants

Le mardi 9 avril a marqué une étape importante dans l'affaire de Samara, une collégienne de 13 ans violemment battue près de son collège à Montpellier.

Un dialogue poignant avec les inspecteurs #

Sa mère, Hassiba Radjoul, a eu une conversation de trois heures avec deux inspecteurs de la « mission flash », mise en place par le ministère de l’Éducation nationale pour faire la lumière sur cette affaire.

Cette audience, qui a eu lieu au rectorat, a permis à Hassiba de raconter son histoire aux représentants de l’Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche (IGESR). La mère de Samara est sortie « soulagée » de cette entrevue, selon son avocat, et a demandé que les responsables de l’établissement soient également entendus par la justice.

Le harcèlement, un problème récurrent #

Lors de cet échange, Hassiba a expliqué que sa fille était victime de moqueries constantes et d’actes de violence répétitifs en raison de sa tenue vestimentaire et de son maquillage. Selon elle, même si elle avait signalé ces incidents au principal de l’école, aucune action n’a été prise pour protéger Samara.

À lire Comment réussir son projet de création de site internet

Ces révélations ont choqué les deux inspecteurs, qui ont été touchés par le calvaire vécu par Samara et sa mère. Cette affaire met ainsi en lumière l’importance de lutter contre le harcèlement scolaire et de garantir la sécurité de tous les élèves.

La sécurité des élèves en question #

L’avocat de Hassiba, Me Marc Gallix, a souligné que cette affaire met en évidence des « manquements » en matière de sécurité. En effet, il semble que l’agression de Samara ait été « plus ou moins programmée », et que l’école n’ait pas fait le nécessaire pour l’empêcher.

Me Gallix a déclaré qu’il demanderait que les responsables de l’établissement soient interrogés par le juge d’instruction, si le rapport des inspecteurs conclut qu’ils ont refusé d’empêcher l’agression de Samara. Cette affaire soulève donc de nombreuses questions sur la sécurité de nos enfants à l’école et la responsabilité des établissements scolaires face au harcèlement.

Voici une liste des principaux points soulevés lors de cette entrevue :

À lire Céline Dion hésite encore à revenir sur scène malgré son combat contre une maladie rare

  • Samara était victime de moqueries constantes et d’actes de violence répétitifs.
  • Sa mère avait signalé ces incidents au principal de l’école, sans que des mesures soient prises.
  • Les inspecteurs ont été choqués par le récit de Hassiba.
  • Des « manquements » en matière de sécurité ont été soulignés.
  • Il est possible que les responsables de l’établissement soient interrogés par le juge d’instruction.

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :