La santé financière de la France en suspens : le déficit public pourrait dépasser les prévisions à 5% du PIB en 2024

La santé financière de la France semble avoir du mal à se rétablir.

Un déficit public plus élevé que prévu #

Le déficit public, qui était initialement prévu à 4,4% du PIB en 2024, pourrait atteindre un sommet alarmant de 5% voire 5,1% selon les nouvelles prévisions. Ces chiffres ont été révélés par plusieurs quotidiens avant l’annonce officielle du gouvernement prévue mercredi.

Il s’agit d’un programme de stabilité annuel dévoilé à Bruxelles qui donne un aperçu de la trajectoire des finances publiques françaises. Le déficit public, qui comprend le solde des déficits et excédents de l’État, de la Sécurité sociale et des Collectivités locales, semble être en difficulté.

Des recettes moindres que prévu #

Malheureusement, ce n’est pas la première fois que le déficit public français dérape. En 2023, il avait atteint 5,5% au lieu des 4,9% initialement prévus, principalement en raison de recettes moindres que prévu. Le rapporteur général du budget à l’Assemblée nationale, Jean-René Cazeneuve, avait déjà jugé « très probable que l’objectif de 4,4% en 2024 ne soit plus du tout l’objectif prévu » dans le nouveau programme de stabilité.

À lire Comment réussir son projet de création de site internet

Face à cette situation, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, avait annoncé en février l’intention de réaliser dix milliards d’euros d’économies sur le budget de l’État pour cette année. C’est le maximum qui pouvait être taillé par décret, sans avoir à passer par une loi de finances rectificative au Parlement.

Une loi de finances rectificative envisagée #

Il semblerait que Bruno Le Maire ait envoyé un message à plusieurs parlementaires au cours du week-end, soutenant l’idée d’une loi de finances rectificative. Cette annonce, selon Les Echos, aurait provoqué le mécontentement du président de la République, Emmanuel Macron, et du Premier ministre, Gabriel Attal, qui ne sont pas sur cette ligne.

Il est logique que le déficit se résorbe très peu cette année, où la croissance n’est attendue qu’à 1%. Par conséquent, pour que le déficit public franchisse à la baisse en trois ans l’énorme marche lui permettant de redescendre à la cible exigée par l’UE de 3% du PIB en 2027, le gouvernement n’aurait plus qu’à compter sur une très bonne croissance en 2025 et 2026.

En regardant la situation globale, voici quelques points clés :

À lire Céline Dion hésite encore à revenir sur scène malgré son combat contre une maladie rare

  • Le déficit public pourrait atteindre 5% du PIB en 2024, dépassant les prévisions initiales.
  • La cause principale de ce dérapage est due à des recettes moindres que prévu.
  • Le ministre de l’Économie avait proposé de réaliser dix milliards d’euros d’économies sur le budget de l’État.
  • Il a également évoqué l’idée d’une loi de finances rectificative, suscitant le mécontentement de la présidence.
  • La croissance économique en 2025 et 2026 est considérée comme le principal espoir pour atteindre la cible de déficit public de 3% du PIB en 2027.

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :