Boeing face à l’incertitude : une enquête de la FAA pourrait mettre en lumière des problèmes de sécurité sur trois modèles d’avions

Boeing, le géant américain de l'aviation, est en train d'être minutieusement examiné par l'Agence américaine de régulation de l'aviation civile (FAA).

Une enquête de la FAA sur Boeing #

Depuis janvier, la FAA a étroitement surveillé le 737, l’un des modèles phares de Boeing, mais son attention s’est récemment élargie aux modèles 787 Dreamliner et 777.

Cette enquête intervient alors que Boeing traverse une période de turbulences, avec une série de problèmes de production et d’exploitation de ses avions depuis plus d’un an. La FAA a identifié des problèmes de « non-conformité » concernant la famille du 737 et a pris des mesures contraignantes pour que Boeing y remédie.

Les modèles sous enquête #

Il s’agit maintenant de trois des quatre modèles d’avions commerciaux actuellement fabriqués par la société américaine qui font officiellement l’objet d’une enquête de la FAA. Une audience est prévue au Sénat américain le 17 avril, intitulée « Examen de la culture sécuritaire brisée de Boeing : récits de témoins directs ».

À lire Comment réussir son projet de création de site internet

Cette audience se concentrera sur les « défaillances de production alarmantes et dangereuses » signalées par un lanceur d’alerte appelé à témoigner. À la suite de ces révélations, l’action de Boeing a chuté de 1,89% à la fermeture de la Bourse de New York.

Accusations sérieuses de non-conformité #

Sam Salehpour, un ingénieur qualité chez Boeing, a accusé la société « d’avoir, de manière répétée, ignoré des inquiétudes graves concernant la sécurité et le contrôle qualité dans la construction des 787 et des 777 ». Selon lui, plus d’un millier de Dreamliners en service pourraient présenter un problème de « déformation des matériaux composites », pouvant altérer les performances d’usure sur le long terme.

Concernant le 777, il dénonce de « nouvelles procédures d’assemblage » mises en place sans « la nécessaire reconception des pièces concernées », entraînant un mauvais alignement des pièces. Cette situation pose également un grave risque sécuritaire.

Voici une liste des principales préoccupations soulevées par l’ingénieur :

À lire Céline Dion hésite encore à revenir sur scène malgré son combat contre une maladie rare

  • Ignorance répétée des inquiétudes graves concernant la sécurité et le contrôle de la qualité.
  • Déformation des matériaux composites, affectant potentiellement les performances à long terme.
  • Mise en œuvre de nouvelles procédures d’assemblage sans reconception nécessaire des pièces, entraînant un mauvais alignement des pièces.
  • Pressions sur les ingénieurs pour ignorer ces problèmes, posant un risque sécuritaire grave.

La réponse de Boeing #

Face à ces accusations, Boeing a réaffirmé sa confiance dans le 787 Dreamliner et la famille du 777, rejetant les affirmations de l’ingénieur. Selon la société, les problèmes signalés ont fait l’objet d’un examen d’ingénierie rigoureux sous la surveillance de la FAA et ne présentent « aucune inquiétude sécuritaire ».

Par ailleurs, Boeing a assuré que le 787 était conçu pour 44.000 cycles de pressurisation, soit 44.000 vols, mais qu’il a été testé jusqu’à 165.000 cycles « sans signe de fatigue ». Le plus ancien, entré en service en 2012, cumule actuellement environ 16.500 vols.

Un contexte difficile pour Boeing #

Boeing a déjà été sous les projecteurs suite à un incident le 5 janvier sur un 737 MAX 9 d’Alaska Airlines, dont une porte-bouchon s’est détachée en vol. En outre, l’entreprise est toujours en train de se remettre du crash de deux 737 MAX 8, dû à des défauts de conception, en 2018 et en 2019, qui a fait 346 morts.

Ces incidents ont entraîné le départ du PDG Dave Calhoun, qui quittera le poste fin 2024, ainsi que d’une partie des dirigeants du groupe. Le sort de Boeing reste incertain alors qu’il continue de naviguer dans ces eaux tumultueuses.

À lire Hervé Mathoux, célèbre présentateur football : son salaire réel, bien loin des chiffres extravagants

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :