Retour en scène de Jonathann Daval : dénouement de l’intrigue juridique du célèbre condamné pour féminicide

Jonathann Daval, le tristement célèbre meurtrier de son épouse Alexia, est une nouvelle fois sous les feux de la rampe judiciaire.

Retour inattendu devant la justice #

Condamné à 25 ans de réclusion pour son crime commis en 2017, il se retrouve de nouveau face à la justice ce mercredi 10 avril 2024. Cette fois, il sera jugé pour dénonciations calomnieuses devant le tribunal correctionnel de Besançon.

Les protagonistes de cette affaire sont bien connus du public. Dans le box des accusés, Jonathann Daval, l’un des condamnés pour féminicide les plus médiatisés de France. Face à lui, la famille de la victime : les parents d’Alexia, Isabelle et Jean-Pierre Fouillot, leur fille Stéphanie et son mari Grégory Gay.

Le mensonge, un nouvel affront à la famille #

Suite à sa condamnation pour meurtre, Jonathann Daval avait déclaré qu’il ne ferait pas appel, donnant l’impression que l' »affaire Daval » touchait à son terme. Cependant, l’histoire tragique d’Alexia et les rebondissements hors normes de cette affaire ont maintenu l’attention du public et des médias.

À lire Comment réussir son projet de création de site internet

En effet, après avoir reconnu être l’auteur du meurtre, Daval s’était rétracté en juin 2018 lors d’une audition, accusant alors son beau-frère d’avoir étranglé Alexia et affirmant que la famille avait conclu « un pacte secret pour étouffer l’affaire ». Des accusations mensongères qui ont ajouté un nouveau chapitre à cette affaire et pour lesquelles il est aujourd’hui poursuivi.

La vérité, un combat pour l’honneur #

Grégory Gay, principal plaignant dans cette affaire, a été profondément traumatisé par ces accusations infondées. Pour lui, c’est une question de principe : son honneur doit être définitivement rétabli, indépendamment de la peine infligée à Daval.

Malgré une plainte déposée pour « dénonciations calomnieuses » dès 2018, le parquet n’avait pas donné suite, d’où cette citation à comparaître devant le tribunal correctionnel.

En outre, cette affaire soulève une question juridique essentielle : a-t-on le droit de « mentir » ou « d’accuser » pendant une instruction criminelle ? Les avocats s’affrontent sur ce point, qui avait déjà fait l’objet de débats lors du procès d’assises.

À lire Céline Dion hésite encore à revenir sur scène malgré son combat contre une maladie rare

Une suite financière à l’affaire ? #

La famille d’Alexia demande 60.000 euros de dommages et intérêts, dont 30 000 euros pour Grégory Gay, 10 000 euros pour la sœur d’Alexia et 10 000 euros pour chacun des parents. Une demande qui a suscité des réactions contrastées, certains y voyant une tentative de tourner la page, d’autres une mesure punitive excessive.

Quoi qu’il en soit, cette nouvelle audience promet un nouveau rebondissement dans l’affaire Daval, à la fois pour le meurtrier et pour la famille de la victime, qui cherche à obtenir justice et à rétablir son honneur.

  • Jonathann Daval, condamné à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017.
  • Il est de nouveau jugé, cette fois pour dénonciations calomnieuses.
  • La famille d’Alexia demande 60.000 euros de dommages et intérêts.

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :