Pourquoi l’emploi est-il la clef de voûte du budget gouvernemental ? Une analyse de la politique budgétaire française

En avril 2023, les ministres du budget et de la fonction publique, Gabriel Attal et Stanislas Guerini, ont visité le port de La Grande-Motte.

La visite remarquée des ministres à La Grande-Motte #

Ils ont profité de l’occasion pour discuter avec les citoyens et défendre les réformes en cours, notamment celle des retraites et de l’assurance-chômage.

Gabriel Attal a notamment tenté de rassurer un restaurateur inquiet de la difficulté à trouver de la main-d’œuvre pour l’été. Il a insisté sur le fait que les réformes en cours encourageraient les chômeurs à chercher du travail plutôt que de dépendre de l’allocation chômage.

La réforme controversée de l’assurance-chômage #

Avec un déficit public à 5,5 % du PIB en 2023, le gouvernement est sous pression pour trouver des sources d’économies. C’est dans cette optique qu’est envisagée une nouvelle réforme de l’assurance-chômage. Cette proposition, qui vise à réduire la durée d’indemnisation des chômeurs, a été critiquée par les syndicats et le patronat.

À lire Comment réussir son projet de création de site internet

Cependant, de nombreux économistes restent sceptiques quant à l’efficacité de cette mesure pour réduire le chômage. Bruno Coquet, spécialiste du marché du travail à l’Observatoire français des conjonctures économiques, a souligné que durcir les conditions d’accès à l’assurance-chômage ne favorise pas nécessairement le plein-emploi.

  • Des millions de demandeurs d’emploi actuellement indemnisés par l’assurance-chômage
  • La moitié des personnes indemnisées travaillent tous les mois
  • Le chiffre à garder en tête avant de stigmatiser les chômeurs

Des doutes au sein de la majorité #

Des voix au sein de la majorité politique commencent à s’élever contre l’idée de faire des économies sur le dos des chômeurs. Le président de la commission des lois de l’Assemblée nationale, Sacha Houlié, et la députée Astrid Panosyan-Bouvet ont tous deux exprimé leurs réserves.

Le député Marc Ferracci, proche d’Emmanuel Macron sur les sujets d’emploi, a même insisté sur le fait qu’une réforme de l’assurance-chômage devrait avant tout chercher à améliorer le niveau d’activité et la qualité de l’emploi, plutôt que de chercher à faire des économies.

Le plein-emploi pour combler le déficit #

Emmanuel Macron est fermement convaincu que le plein-emploi est la seule solution pour combler le déficit de l’État. Selon l’économiste Gilbert Cette, qui conseille le président, le taux d’emploi devrait être le principal indicateur à surveiller.

À lire Céline Dion hésite encore à revenir sur scène malgré son combat contre une maladie rare

Il estime qu’un taux d’emploi équivalent à celui des Pays-Bas (81 %) permettrait à la France d’augmenter son PIB de 10 %, et les recettes sociales et fiscales d’environ 150 milliards d’euros par an.

Des coupes budgétaires prévues pour France Travail #

En plus de la réforme de l’assurance-chômage, le gouvernement prévoit également des coupes budgétaires pour France Travail. La convention 2024-2027 signée avec le gouvernement prévoit une réduction de 600 millions d’euros du budget de cet organisme sur cette période.

Thibaut Guilluy, le directeur général de France Travail, s’est dit inquiet de cette décision. Il a souligné que cette réduction budgétaire pourrait menacer le retour au plein-emploi.

Des inquiétudes concernant l’Unédic #

Les partenaires sociaux sont également préoccupés par le financement de France Travail, qui doit être ponctionné sur les finances de l’Unédic. Cette décision pourrait alourdir encore davantage la dette française.

À lire Hervé Mathoux, célèbre présentateur football : son salaire réel, bien loin des chiffres extravagants

Il est important de noter que deux des plus grandes agences de notation, Fitch et Moody’s, se prononceront le 26 avril sur la note de la France. Ces décisions pourraient avoir des conséquences importantes sur l’économie du pays.

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :