Un aperçu déconcertant du commerce illicite de tabac à Lyon : la Guillotière, un quartier pris d’assaut par les vendeurs clandestins

Imaginez-vous vous balader dans les rues de la Guillotière, un quartier pittoresque de Lyon, et être importuné par des vendeurs de cigarettes à la sauvette.

La Guillotière : un terrain de jeu pour les vendeurs illégaux #

Une scène qui semble être tirée d’un film, mais qui est malheureusement le quotidien pour les habitants et commerçants de ce quartier. La vente illicite de tabac a pris une telle ampleur qu’elle a conduit à des manifestations de buralistes exaspérés par cette concurrence déloyale.

Un tiers des cigarettes consommées dans la région sont issues de ce marché parallèle, une statistique alarmante qui dévoile l’étendue du problème. Derrière ces chiffres se cachent des buralistes désemparés, voyant leur chiffre d’affaires dégringoler, certains allant jusqu’à perdre 15 à 20% de leurs bénéfices en un an seulement.

Le combat des buralistes face à l’indifférence gouvernementale #

Ferras, propriétaire d’un bureau de tabac à la Guillotière, est l’un des nombreux buralistes qui se battent pour survivre face à cette concurrence déloyale. Il décrit avec frustration la façon dont ces vendeurs clandestins opèrent, n’hésitant pas à vendre leurs produits à ses propres clients, à quelques mètres de son commerce. A leurs yeux, ces vendeurs agissent en toute impunité, alimentant la colère et le désespoir des commerçants locaux.

À lire Comment réussir son projet de création de site internet

La solution semble évidente pour les buralistes : une intervention gouvernementale. Ils appellent à une régulation plus stricte de la vente de tabac, notamment par des contrôles renforcés aux frontières et une harmonisation des prix à l’échelle européenne. Pourtant, leurs appels semblent tomber dans l’oreille d’un gouvernement sourd, laissant les buralistes dans une situation précaire.

Le tabac de contrebande : un choix par nécessité ou par indifférence ? #

Derrière chaque paquet de cigarettes vendu illégalement, il y a un consommateur. Pour certains, comme Dounia, 20 ans, c’est une question de nécessité : les prix exorbitants du tabac légal la poussent vers ces vendeurs de rue. D’autres sont attirés par les prix bas, souvent inconscients des risques associés à la consommation de tabac de mauvaise qualité.

Une réalité déconcertante se dessine : près de 40% des cigarettes fumées en région Auvergne-Rhône-Alpes n’ont pas été achetées chez un buraliste en 2023. Ce commerce illicite coûte chaque année 5 milliards d’euros à l’État, une perte financière qui pourrait être évitée par une régulation plus stricte et une sensibilisation accrue des consommateurs.

Quelques faits pour mieux comprendre l’ampleur du problème :

À lire Céline Dion hésite encore à revenir sur scène malgré son combat contre une maladie rare

  • Un tiers des cigarettes consommées dans la région sont issues du marché parallèle.
  • Les buralistes voient leur chiffre d’affaires chuter de 15 à 20% en un an.
  • 40% des cigarettes fumées en Auvergne-Rhône-Alpes n’ont pas été achetées chez un buraliste en 2023.
  • Le commerce illicite de tabac coûte chaque année 5 milliards d’euros à l’État.

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :