Le débat s’embrase autour de la proposition de Stanislas Guerini sur les licenciements dans la fonction publique : à quoi doit-on s’attendre ?

Stanislas Guerini a fait une déclaration retentissante, qui a résonné comme un coup de tonnerre.

Premier coup de tonnerre : une déclaration polémique #

En tant que ministre de la Fonction publique, il a déclaré vouloir « lever le tabou du licenciement dans la fonction publique ». Ses commentaires ont provoqué une réaction immédiate de la part des syndicats.

Selon Guerini, le sujet des licenciements pour insuffisance professionnelle est souvent évité dans le secteur public. Il a cité le chiffre de 13 licenciements pour insuffisance professionnelle en 2023, sur près de 2,5 millions d’agents de la fonction publique. Guerini estime que cette réalité doit changer.

La réaction syndicale : une tempête se prépare #

Les syndicats n’ont pas tardé à réagir à la déclaration de Guerini. Ils étaient déjà sur le qui-vive, face à un projet de réforme de la fonction publique en cours de discussion. L’annonce de Guerini a ajouté de l’huile sur le feu, exacerbant leur colère.

À lire Comment réussir son projet de création de site internet

Les syndicats sont préoccupés par la division croissante entre les agents publics que pourrait engendrer ce projet. Ils estiment que la priorité devrait être de maintenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires et d’améliorer leurs conditions de travail. Ils appellent à un engagement budgétaire plutôt qu’à une réforme législative.

La réforme en question : une révolution à venir ? #

Le projet de réforme de la fonction publique a été annoncé en septembre 2023. Il devait initialement être présenté en février, mais sa présentation a été repoussée à l’automne. Le projet vise à introduire une rémunération au mérite pour les fonctionnaires et à faciliter les mutations entre différentes branches de la fonction publique.

Le ministère de la Fonction publique a clarifié que l’objectif de la réunion de mardi, qui a rassemblé les syndicats, les employeurs hospitaliers et les collectivités, était de discuter de tous les sujets sans tabou. Le gouvernement a également présenté une série de mesures envisagées dans le cadre de la réforme.

Le document présenté aux syndicats et aux employeurs détaille plusieurs propositions, notamment le maintien de la rémunération en cas de mutation, la facilitation de l’accès à un « emploi pérenne » pour les apprentis, et l’élargissement des sanctions en cas d' »insuffisance professionnelle ». Il précise que, bien que les fonctionnaires soient « titulaires de leur grade », ils ne sont pas « propriétaires de leur emploi ».

À lire Céline Dion hésite encore à revenir sur scène malgré son combat contre une maladie rare

  • Le nombre de licenciements pour insuffisance professionnelle en 2023 : 13 sur 2,5 millions de fonctionnaires.
  • La réaction des syndicats : inquiétude et colère.
  • Le projet de réforme : rémunération au mérite et facilitation des mutations.
  • Les mesures présentées : maintien de la rémunération en cas de mutation, accès facilité à un emploi pérenne pour les apprentis, élargissement des sanctions en cas d’insuffisance professionnelle.

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis