Jonathann daval revient aux affaires juridiques: le pourquoi de son affrontement avec la famille de sa défunte épouse

Jonathann Daval, reconnu coupable du meurtre de son épouse Alexia en 2017, est de nouveau confronté à la justice ce mercredi 10 avril.

Retour à la case judiciaire #

Il est cette fois-ci jugé pour dénonciations calomnieuses, une nouvelle étape de ce drame qui ne cesse de prendre de l’ampleur.

Le tribunal correctionnel de Besançon est le théâtre de cette nouvelle confrontation entre Daval et sa belle-famille. Les parents d’Alexia, Isabelle et Jean-Pierre Fouillot, ainsi que leur fille Stéphanie et son mari Grégory Gay, siègent sur le banc opposé. Une fois de plus, la famille Fouillot vient chercher justice pour Alexia.

Les mensonges de Jonathann daval #

Jonathann Daval s’est vu reprocher ses mensonges persistants pendant six mois, accusant Grégory Gay d’avoir étranglé Alexia avec la complicité de sa famille. Une accusation qui a choqué la France entière, ajoutant une nouvelle couche de scandale à cette tragédie.

À lire Comment réussir son projet de création de site internet

Le 27 juin 2018, Daval avait soudainement changé de version, affirmant que son beau-frère avait étranglé Alexia dans la maison familiale lors d’une crise d’hystérie. Il avait également allégué que la famille avait conclu un « pacte secret » pour dissimuler l’affaire.

  1. Jonathann Daval est jugé pour dénonciations calomnieuses.
  2. Il avait accusé Grégory Gay d’avoir étranglé Alexia avec la complicité de sa famille.
  3. Daval avait changé sa version des faits en juin 2018, affirmant que la famille avait conclu un « pacte secret ».

Défense et contre-attaque #

Le 7 décembre 2018, Daval a finalement admis avoir menti lors d’une confrontation intense avec ses accusateurs. Grégory Gay, le principal plaignant, a été profondément traumatisé par ces accusations mensongères et cherche à laver son honneur.

Les avocats de chaque côté se disputeront sur la question de savoir si le droit de « mentir » ou « d’accuser » est applicable pendant une enquête criminelle. La belle-famille de Daval demande 60 000 euros de dommages et intérêts, dont 30 000 euros pour Grégory Gay, 10 000 euros pour la sœur d’Alexia et 10 000 euros pour chacun des parents.

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :