La Tchétchénie impose une régulation inédite sur le tempo musical : l’impact sur la liberté artistique et la culture globale

Imaginez un monde où la musique est réglementée, où les battements par minute de chaque chanson sont surveillés et approuvés par le gouvernement.

Une régulation sans précédent sur la musique en Tchétchénie #

C’est précisément ce qui se passe en Tchétchénie, où une nouvelle régulation impose des limites sur le tempo des morceaux de musique. Les autorités tchétchènes ont déclaré que toutes les compositions musicales, vocales et chorégraphiques doivent avoir un tempo allant de 80 à 116 battements par minute (BPM).

Cette décision, annoncée par le ministre de la Culture Musa Dadayev, a été prise pour se conformer à « la mentalité et le rythme musical » de la république russe. Les artistes ont jusqu’au 1er juin pour modifier leurs musiques qui ne correspondraient pas à ces nouveaux critères. Ce qui pose question sur l’impact de cette régulation sur la liberté artistique.

Les implications de cette régulation pour les artistes et la culture globale #

Les conséquences de cette mesure ne se limitent pas à la Tchétchénie. De nombreux styles de musique occidentaux, allant de la pop à la techno, sont touchés par cette interdiction. Ainsi, l’influence de la culture musicale internationale est fortement restreinte dans la république. Selon Dadayev, « il est inadmissible d’emprunter la culture musicale à d’autres peuples ».

À lire Comment réussir son projet de création de site internet

Les nouvelles créations musicales tchétchènes doivent maintenant correspondre à « la mentalité et le rythme musical tchétchènes », pour transmettre « au peuple et à nos enfants l’avenir de l’héritage culturel du peuple tchétchène ». Cela soulève des questions sur l’impact de cette régulation sur la diversité culturelle et la liberté d’expression artistique.

Le contexte politique derrière cette décision #

Cette régulation musicale s’inscrit dans un contexte plus large de répression en Tchétchénie. Le chef de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, est connu pour sa politique autoritaire, étouffant toute forme de dissidence et menant une politique violente envers les homosexuels et les personnes LGBT. Depuis qu’il est à la tête de la Tchétchénie en 2007, Kadyrov a utilisé son mandat pour imposer sa vision de la culture et de la société.

Cette régulation du tempo musical peut donc être vue comme une autre forme de contrôle exercée par le régime de Kadyrov. Alors que le monde de la musique se bat pour la liberté d’expression, la Tchétchénie semble prendre une direction différente, posant des questions sur l’avenir de la liberté artistique dans le pays.

Voici quelques points clés à retenir :

À lire Céline Dion hésite encore à revenir sur scène malgré son combat contre une maladie rare

  • La Tchétchénie impose une régulation du tempo musical, limitant les BPM à 80-116.
  • Les artistes ont jusqu’au 1er juin pour se conformer à cette règle.
  • De nombreux styles de musique occidentaux sont affectés par cette réglementation.
  • Cette décision s’inscrit dans un contexte plus large de répression en Tchétchénie.

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis