Renversement politique en Corée du Sud: l’opposition prend le relais et offre une lueur d’espoir

Un événement majeur a secoué le paysage politique sud-coréen.

Un vent nouveau souffle sur l’assemblée nationale sud-coréenne #

Lors des dernières élections législatives, le principal parti d’opposition a largement triomphé, renversant la donne pour le président conservateur Yoon Suk Yeol. Les urnes ont parlé et elles ont exprimé le besoin de changement du peuple.

Le Parti démocrate de Lee Jae-myung, qui a survécu à une dangereuse attaque au couteau il y a trois mois, a su rallier les votes. Avec ses alliés, ils ont conquis jusqu’à 197 des 300 sièges, une nette augmentation par rapport à leur précédent total de 156. Un coup de tonnerre dans le paysage politique sud-coréen.

Une supermajorité à portée de main #

La situation est encore plus difficile pour le président Yoon et son Parti du pouvoir au peuple (PPP). Les prévisions leur attribuent entre 85 et 99 sièges, bien loin de leur précédent total de 114. Face à eux, l’opposition unie pourrait même atteindre une « super-majorité » de 200 sièges, un chiffre qui leur donnerait le pouvoir de renverser le droit de veto du président, voire de le destituer.

À lire Comment réussir son projet de création de site internet

Parmi les nouveaux venus au pouvoir, un parti attire l’attention. Reconstruire la Corée, fondé il y a quelques semaines par l’ancien ministre de la justice Cho Kuk, malgré des accusations de corruption qu’il réfute. Les sondages lui attribuent entre 12 et 14 sièges.

  • Le parti démocrate a obtenu jusqu’à 197 sièges
  • Le Parti du pouvoir au peuple pourrait obtenir entre 85 et 99 sièges
  • Reconstruire la Corée, le nouveau parti, pourrait obtenir entre 12 et 14 sièges

Lee Jae-myung : de la survie à la victoire #

Lee Jae-myung, malgré une série d’enquêtes pour corruption qu’il rejette comme étant politiquement motivées, peut savourer sa victoire. Cette réussite le place dans une position favorable pour se présenter à la présidentielle de 2027, une ambition que beaucoup lui prêtent.

L’humeur était assez contrastée à l’Assemblée nationale à Séoul lors de l’annonce des résultats. Des cris de joie et des applaudissements du côté des démocrates, tandis que du côté du PPP, l’ambiance était plutôt sombre.

L’impact de la démographie et de la politique sur l’élection #

Malgré une démographie en faveur de M. Yoon, avec des électeurs de plus de soixante ans plus nombreux et réputés plus conservateurs, les jeunes se disent largement découragés. Ils se sentent ignorés par une politique dominée par des hommes âgés peu en phase avec leurs préoccupations, comme le coût du logement ou l’instabilité de l’emploi.

À lire Céline Dion hésite encore à revenir sur scène malgré son combat contre une maladie rare

Le ton de la campagne a également abaissé l’intérêt pour ces élections. Le débat politique profond a été remplacé par des appels à ’emprisonner’ M. Lee ou à ‘punir’ M. Yoon, des discours haineux et une désinformation en ligne. Ces facteurs pourraient conduire à d’autres agressions physiques, comme celle dont M. Lee a été victime en janvier.

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis