Le futur de TotalEnergies en péril : un appel puissant de presque 60 ONG pour stopper le financement

La pression monte sur TotalEnergies, l’un des leaders mondiaux de l’énergie.

Une campagne intense pour stopper le financement de TotalEnergies #

Un appel puissant a été lancé par près de 60 organisations non gouvernementales (ONG) pour inciter les banques et les investisseurs à cesser de prêter de l’argent à l’entreprise. Cet appel intervient en raison de la persistance de l’entreprise à suivre une « stratégie climaticide », malgré les nombreuses mises en garde sur les impacts environnementaux de ses activités.

Les ONG impliquées dans cette campagne proviennent principalement de France, d’Afrique, mais aussi d’autres régions du monde. Parmi ces organisations figurent les Amis de la Terre, Attac, Justiça Ambiental du Mozambique, le Cecic en Uganda, Reclaim Finance et Extinction Rebellion.

Les pratiques de financement de TotalEnergies #

TotalEnergies dépend largement de la levée de fonds sur les marchés financiers pour son financement, avec environ 70% de ses fonds provenant de cette source. Actuellement, l’entreprise a 45 emprunts sur les marchés, dont dix devraient expirer entre 2024 et 2025. Pour rembourser ces emprunts, TotalEnergies utilise soit ses fonds propres, soit contracte un nouvel emprunt.

À lire Comment réussir son projet de création de site internet

Les ONG ont adressé leur lettre à 24 banques, dont le Crédit Agricole, HSBC, et JPMorgan, leur demandant de s’engager publiquement à ne plus souscrire ou faciliter l’émission d’obligations pour TotalEnergies. Six gestionnaires d’actifs, dont Amundi, Blackrock et Allianz, ont également été appelés à refuser d’accorder un nouvel emprunt à l’entreprise.

Les réactions des acteurs financiers et de TotalEnergies #

BNP Paribas, l’une des banques destinataires de la lettre, a affirmé qu’elle n’avait participé à aucune émission obligataire du secteur pétrolier et gazier depuis le 9 février 2023. De son côté, Amundi, le premier gestionnaire d’actifs en Europe, a déclaré qu’il se sentait responsable d’encourager la transition des entreprises énergétiques, notamment pétrolières, vers une stratégie climatique alignée sur les objectifs de l’Accord de Paris.

TotalEnergies a répondu en rappelant qu’elle avait investi 17 milliards de dollars en 2023, dont 35% dans les énergies à faible teneur en carbone. L’entreprise a affirmé qu’elle souhaitait « réussir sa transition et accompagner celle de ses clients ».

Les prévisions d’investissement de TotalEnergies #

TotalEnergies a prévu de consacrer un tiers de ses dépenses d’investissement d’ici 2030 aux énergies à faible teneur en carbone. Environ 30% seraient dédiés au développement de nouveaux projets pétroliers et gaziers, le reste étant consacré à la maintenance de son portefeuille d’hydrocarbures.

À lire Céline Dion hésite encore à revenir sur scène malgré son combat contre une maladie rare

Il reste à voir comment ces prévisions se concilieront avec l’appel des ONG à un arrêt du financement. La pression exercée par ces organisations pourrait s’avérer être un facteur déterminant dans les futures décisions d’investissement de TotalEnergies.

Les principales préoccupations des ONG comprennent :

  • La persistance de TotalEnergies à suivre une « stratégie climaticide »
  • Le rôle des banques et des investisseurs dans le financement de TotalEnergies
  • La nécessité pour les acteurs financiers de prendre conscience de leur responsabilité
  • La réaction de TotalEnergies et ses plans d’investissement futurs

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis