Jonathann Daval : un nouveau tournant dans l’affaire du meurtrier d’Alexia, jugé pour dénonciation calomnieuse

Dans la suite de l'emblématique saga judiciaire concernant l'affaire Daval, Jonathann Daval, condamné à 25 ans de réclusion pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, est de nouveau sur le banc des accusés.

Le début d’un nouveau procès #

Cette fois, il est jugé pour dénonciation calomnieuse devant le tribunal correctionnel de Besançon. La première audience s’est déroulée mercredi dernier, peu après 13h30.

Jonathann Daval, revêtu d’un tee-shirt bleu clair et d’un gilet pare-balles, a jeté un regard furtif à son ancienne belle-famille, assise face à lui dans la salle d’audience. Isabelle Fouillot, son ex-belle-mère et mère d’Alexia, celle qui avait réussi à lui faire avouer le meurtre de sa fille, ne quittait pas Daval des yeux.

Les aveux du meurtrier #

Jonathann Daval a rapidement admis les faits qui lui ont été reprochés durant ce premier jour d’audience. Il avait initialement reconnu le meurtre de sa femme en octobre 2017, avant de revenir sur ses déclarations et d’accuser son beau-frère Grégory Gay d’être à l’origine de la mort d’Alexia. Il avait alors prétendu que la famille avait conclu un « pacte secret pour étouffer l’affaire ».

À lire Comment réussir son projet de création de site internet

« Je tiens à m’excuser pour tout le mal que j’ai fait », a déclaré Jonathann Daval. Il a expliqué que son revirement était dû à la pression de son entourage qui ne pouvait pas croire qu’il avait agi seul. Cependant, il n’avait pas mesuré les conséquences de ses accusations.

La réaction de la famille d’Alexia #

Grégory Gay, l’homme faussement accusé par Daval, a exprimé son indignation et sa souffrance face à ce mensonge. « Il y avait clairement une volonté de nuire, il a embrigadé beaucoup de monde dans cette histoire », a-t-il déclaré. Il a également mentionné des différends et des menaces avec les membres de la famille de Jonathann Daval, qui ont généré beaucoup de peurs et de stress.

La mère d’Alexia, Isabelle Fouillot, a partagé sa douleur face à la perte de sa fille et cette dénonciation calomnieuse. « Nous, on a perdu Alexia, c’est déjà un drame en lui-même, et six mois après on nous apprend qu’on est accusés de meurtre et que nous sommes les assassins de notre propre fille ».

Les implications de ce nouveau procès #

Jonathann Daval risque cinq ans de prison pour dénonciation calomnieuse, une peine qui s’ajouterait à sa condamnation pour meurtre. La famille d’Alexia demande 60 000 euros de dommages et intérêts. Pourtant, la défense de Daval maintient que « l’objet de ce procès, c’est l’argent, rien d’autre ».

À lire Céline Dion hésite encore à revenir sur scène malgré son combat contre une maladie rare

Depuis la nuit du 27 au 28 octobre 2017, date du meurtre d’Alexia, Jonathann Daval a montré plusieurs visages. Celui d’un mari éploré, celui d’un meurtrier, et dorénavant celui d’un calomniateur. Ce nouveau chapitre judiciaire continue de susciter l’émoi et la passion des Français.

Les points clés de cette affaire complexe sont :

  • Le meurtre d’Alexia par Jonathann Daval en 2017
  • L’aveu du meurtre suivi d’une rétractation et d’une accusation calomnieuse contre Grégory Gay
  • Le nouveau procès pour dénonciation calomnieuse
  • La demande de dommages et intérêts de la famille d’Alexia

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :