Visage de la rébellion contre l’immobilisme : Stanislas Guérini bouscule la fonction publique avec sa réforme audacieuse

Stanislas Guérini, le ministre de la Fonction publique, a exprimé son désir de changer le paysage de la fonction publique en France.

Guérini propose une réforme audacieuse de la fonction publique #

Il ne voit pas le statut particulier des agents de la fonction publique comme une excuse pour l’immobilisme. Il croit fermement que le statut quo doit être défié.

Le gouvernement a commencé à discuter de cette réforme en avril, avec l’objectif d’être prêt à la mettre en œuvre à l’automne. Guérini est l’un des défenseurs les plus fervents de cette réforme. Il a même évoqué l’esprit de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen pour soutenir son argument.

Les éléments controversés de la réforme #

La réforme prévoit une rémunération plus axée sur le mérite des fonctionnaires, l’élimination des catégories A, B et C, une facilitation des mutations d’une branche à l’autre de la fonction publique, et, surtout, la levée du tabou du licenciement. Cette dernière proposition a suscité une vague d’indignation, qui a mené Guérini à clarifier sa position. Il a affirmé que le statut de la fonction publique garantit l’emploi et qu’il ne souhaite pas le remettre en cause.

À lire Comment réussir son projet de création de site internet

Guérini a cependant insisté sur la nécessité de la réforme. Il a souligné que, bien que la fonction publique ne soit pas une entreprise privée, elle doit encore évoluer. Il a également mentionné deux motifs possibles de licenciement, l’insuffisance professionnelle et la révocation pour faute, qui sont rarement utilisés car mal définis.

Le défi du changement dans la fonction publique #

Les arguments de Guérini ont été mis à l’épreuve, en particulier en ce qui concerne l’absence présumée d’évolution et le statu quo dans la fonction publique. Le gouvernement d’Édouard Philippe a déjà tenté de transformer la fonction publique en 2019, avec des mesures comme la suppression de l’ENA, qui ont été vivement critiquées par les syndicats.

En plus de cela, de nombreux décrets ont été publiés pour apporter des modifications précises. En 2019, Antony Taillefait, professeur de droit public, estimait à 300 le nombre de modifications des statuts enregistrées depuis 1986. Ce chiffre a probablement augmenté depuis lors, avec de nouveaux décrets publiés en 2022 et 2023.

Les oppositions à la réforme #

Les opposants à la réforme de Guérini ont été nombreux. Certains ont critiqué sa proposition de licenciements pour insuffisance professionnelle. Clémentine Autain, députée LFI, a par exemple ironisé sur l’incompétence présumée du gouvernement. Olivier Marleix, président du groupe LR à l’Assemblée, a demandé si la réforme s’appliquerait également aux ministres incompétents.

À lire Céline Dion hésite encore à revenir sur scène malgré son combat contre une maladie rare

Malgré ces critiques, Guérini reste déterminé à poursuivre sa réforme. Seul le temps nous dira si ses efforts porteront leurs fruits.

Voici quelques points clés de la réforme de la fonction publique :

  • Rémunération au mérite des fonctionnaires
  • Suppression des catégories A, B et C
  • Facilité des mutations
  • Lever le tabou du licenciement

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis