Découvrez les maisons d’accompagnement : l’innovation pour améliorer les soins palliatifs et la fin de vie en France

Le gouvernement français travaille ardemment à améliorer la prise en charge de la fin de vie et des soins palliatifs.

Une nouvelle approche pour les soins palliatifs #

Un projet de loi récent envisage la mise en place de « maisons d’accompagnement », un concept innovant déjà expérimenté en Bourgogne-Franche-Comté.

Mises en œuvre par le gouvernement, ces maisons d’accompagnement promettent une prise en charge par l’État de leur fonctionnement. Elles sont conçues pour accueillir les individus en fin de vie qui ne nécessitent plus de soins hospitaliers intensifs mais qui ne peuvent pas non plus rentrer chez eux, soit parce qu’ils vivent seuls, soit parce que leur domicile n’est pas adapté à leurs besoins médicaux.

Un partenariat avec les associations et les collectivités #

Le gouvernement envisage de mettre en place ces maisons en partenariat avec diverses associations et collectivités locales. La Sécurité sociale financera les frais de fonctionnement de ces maisons, comme l’a précisé la ministre de la Santé dans une interview récente. Le gouvernement prévoit de financer une dizaine de ces maisons en 2025 et d’atteindre une vingtaine en 2026.

À lire Comment réussir son projet de création de site internet

Un appel à manifestation d’intérêt sera lancé en 2024 pour commencer ce projet ambitieux. Ces maisons d’accompagnement jouent un rôle crucial pour les personnes en fin de vie, offrant un environnement familial et un mode de vie aussi normal que possible.

Entre l’hôpital et le domicile #

Le concept des maisons d’accompagnement a été inspiré par une expérimentation à Besançon (Doubs), lancée pour la première fois en France en 2011 sous le nom de « maison de vie ». Ceci est une petite structure capable d’accueillir une dizaine de personnes, équipée pour ressembler à une maison traditionnelle tout en étant médicalisée pour accueillir des personnes atteintes de pathologies lourdes.

Le rapport Stratégie décennale soins palliatifs, publié en novembre 2023, a fortement influencé la rédaction du projet de loi sur la fin de vie. Il préconise l’installation de 100 maisons d’accompagnement dans tout le pays au cours des dix prochaines années.

Voici quelques caractéristiques clés des « maisons d’accompagnement » :

À lire Céline Dion hésite encore à revenir sur scène malgré son combat contre une maladie rare

  • Elles offrent un environnement semblable à une maison traditionnelle.
  • Elles sont équipées pour accueillir des personnes atteintes de pathologies lourdes.
  • Elles sont financées par la Sécurité sociale.
  • Elles sont conçues pour les personnes en fin de vie qui ne nécessitent plus de soins hospitaliers intensifs mais qui ne peuvent pas rentrer chez eux.
  • Le gouvernement prévoit de financer une dizaine de ces maisons en 2025 et d’atteindre une vingtaine en 2026.

Le développement des soins palliatifs est un enjeu majeur pour la France. Actuellement, un patient sur deux n’a pas accès à ces soins. C’est pourquoi le gouvernement prévoit d’augmenter les dépenses publiques en la matière pour atteindre 2,7 milliards d’euros annuels en 2034, contre 1,6 milliard actuellement.

En créant un cadre légal pour les « maisons d’accompagnement », le gouvernement espère améliorer la qualité de vie des patients en fin de vie et combler les lacunes de l’organisation des soins palliatifs en France.

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :