Financement libyen : Un nouvel éclairage sur les allégations de Takieddine selon lesquelles Sarkozy aurait manipulé sa rétractation

En novembre 2020, une déclaration surprenante a ébranlé l'arène politique française.

Le revirement controversé de Takieddine #

Ziad Takieddine, un intermédiaire franco-libanais de 73 ans, a rétracté des accusations antérieures concernant le financement libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Ce revirement a été confirmé par une « sommation interpellative » à la justice en décembre 2020.

Connu pour ses déclarations fluctuantes et parfois contradictoires sur l’existence d’un financement de la campagne de Sarkozy par le régime de Mouammar Kadhafi, le revirement de Takieddine a suscité de nombreuses interrogations. Pourquoi ce revirement soudain ? Quels en étaient les motifs ?

Les soupçons de manipulation #

Un an plus tard, en mai 2021, deux juges ont ouvert une enquête sur cette affaire qu’ils ont décrite comme étant d’une « gravité majeure ». Ils soupçonnent entre autres des individus tels que l’intermédiaire Noël Dubus, la « papesse » des paparazzi Mimi Marchand, et le défunt financier Pierre Reynaud d’avoir payé ou promis de payer Takieddine pour qu’il retire ses accusations.

À lire Voici les secrets pour maîtriser parfaitement votre nœud de cravate à chaque fois

De plus, Nicolas Sarkozy lui-même est sous le feu des soupçons. Il a été mis en examen dans ce dossier pour recel de subornation et de témoin et association de malfaiteurs en vue de la préparation d’escroqueries au jugement en bande organisée. Il a nié ces allégations.

Takieddine pointe du doigt Sarkozy #

Récemment, Takieddine a fait des déclarations fracassantes. Selon lui, c’est Sarkozy lui-même qui aurait orchestré son revirement, comme le marionnettiste tire les ficelles de sa marionnette. Il a également déclaré que la mise en cause de Sarkozy lui « fait un grand plaisir, parce que finalement, finalement, on commence à m’écouter ».

Il a ajouté que l’équipe suspectée de cette rétractation pensait pouvoir l' »acheter avec des millions d’euros », « quatre, cinq millions ». Toutefois, il n’a pas expliqué pourquoi il a fourni à cette équipe une version des faits différente de ses précédentes déclarations.

  • L’intermédiaire franco-libanais Ziad Takieddine accuse Nicolas Sarkozy d’avoir orchestré sa rétractation.
  • Deux juges enquêtent sur cette affaire d’une gravité majeure.
  • Nicolas Sarkozy est sous le feu des soupçons pour recel de subornation et de témoin.
  • Takieddine déclare que la mise en cause de Sarkozy lui fait un grand plaisir et que l’équipe de Sarkozy pensait pouvoir l’acheter avec des millions d’euros.

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis