Le secteur médical en France face à la menace sournoise des fonds d’investissement : Quel avenir pour votre santé ?

La sphère de la santé en France est en émoi.

La santé en danger : l’intrusion des fonds d’investissement dans le secteur médical #

Le Conseil national de l’Ordre des médecins a exprimé une inquiétude profonde face à l’emprise croissante des fonds d’investissement sur le secteur. Les cabinets médicaux, centres dentaires et laboratoires sont désormais dans la ligne de mire de ces entités financières.

La situation est telle que le Conseil appelle les autorités à intervenir. Face à cette financiarisation grandissante de la santé, une législation adaptée est nécessaire. Le Conseil prône une interdiction stricte pour les fonds d’investissement de prendre part au capital de structures médicales.

Les conséquences néfastes de la financiarisation de la santé #

L’impact de cette invasion financière sur la santé publique est loin d’être négligeable. L’Assurance maladie, dans un rapport de juillet 2023, souligne une tendance lourde qui mérite une régulation plus poussée. Les fonds d’investissement, une fois propriétaires d’une entité médicale, imposent des exigences de gestion souvent incompatibles avec la bonne marche du système de soins.

À lire Voici les secrets pour maîtriser parfaitement votre nœud de cravate à chaque fois

Le principal problème réside dans la focalisation sur la rentabilité au détriment de l’objectif premier : la santé des citoyens. Ils encouragent la multiplication des actes et examens bien rémunérés, sans nécessairement tenir compte de leur pertinence. Cette logique financière menace l’indépendance professionnelle des médecins et la qualité des soins dispensés.

Une législation insuffisante pour freiner les dérives #

Actuellement, la loi stipule qu’une société d’exercice libéral doit être détenue et dirigée par des associés qui y exercent. L’ouverture du capital à des tiers est limitée à 25%. Cependant, selon le Conseil national de l’Ordre des médecins, cette restriction ne suffit pas à endiguer les dérives.

Des montages financiers complexes permettent à des acteurs financiers de contourner cette règle et de prendre le contrôle effectif des structures médicales. Le Conseil appelle donc à une intervention rapide du Parlement et du gouvernement avant que ce phénomène ne devienne irréversible.

  • Interdiction pour les fonds d’investissement de détenir des parts dans les cabinets médicaux
  • Mise en place d’une législation plus stricte
  • Prise en compte des intérêts des patients et de la santé publique
  • Intervention rapide du gouvernement et du Parlement

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis