Jonathann Daval de nouveau sur le banc des accusés: le parquet plaide pour une issue surprenante

Jonathann Daval, condamné en 2020 pour le meurtre de son épouse Alexia, se retrouve de nouveau devant la justice.

Un nouveau procès pour Jonathann Daval #

Cette fois, il est jugé devant le tribunal correctionnel de Besançon pour dénonciation calomnieuse envers son ex-belle-famille. Le verdict de ce dernier chapitre de cette saga judiciaire a été remis en délibéré jusqu’au 24 mai.

En regardant ses ex-beaux-parents dans les yeux à la fin de l’audience, Daval a promis : « Encore une fois, toutes mes excuses. A partir de maintenant, vous n’entendrez plus parler de moi ». L’ancien informaticien de 40 ans a rapidement reconnu les faits qui lui sont reprochés.

Des accusations graves contre sa belle-famille #

Daval avait initialement admis être l’auteur du meurtre de sa femme, avant de se rétracter et d’accuser son beau-frère Grégory Gay d’avoir étranglé Alexia. Il affirmait que la famille avait passé « un pacte secret pour étouffer l’affaire ». Six mois plus tard, il a finalement reconnu avoir menti et avoué le meurtre de son épouse.

À lire Voici les secrets pour maîtriser parfaitement votre nœud de cravate à chaque fois

Il est maintenant poursuivi pour dénonciation calomnieuse par Isabelle et Jean-Pierre Fouillot, parents d’Alexia, leur fille Stéphanie et son mari Grégory Gay. Tout en reconnaissant « l’immoralité rare » des accusations de Jonathann Daval envers sa belle-famille, le procureur a estimé qu’il était « temps de refermer définitivement ce dossier Daval d’un côté comme de l’autre ».

Le parquet requiert la relaxe #

Surprenant, le procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux, a requis la relaxe de Daval, au bénéfice du doute. Il a expliqué que « la loi et la jurisprudence reconnaissent à une personne poursuivie de pouvoir mentir, même si c’est moralement très dur ».

En réponse à cette déclaration, l’avocat des plaignants, Jean-Hubert Portejoie, a combattu cette lecture du droit. Pour lui, le droit au mensonge n’est pas un droit absolu et il ne donne pas carte blanche pour accuser n’importe qui. Selon lui, les conditions pour ce droit ne sont pas remplies dans ce cas.

Les réactions de la famille #

La principale victime, Grégory Gay, a rappelé « l’horreur » vécue par la famille. Mme Fouillot a évoqué sa « douleur de la perte d’Alexia et de cette ignominie ». Elle a ajouté : « On a perdu Alexia, c’est déjà un drame en lui-même, et six mois après on nous apprend qu’on est accusés de meurtre (…) Ça dépasse l’entendement ».

À lire Voici ce que les anciens présidents français gagnent après leur mandat : des chiffres qui vont vous surprendre

La famille d’Alexia demande 60.000 euros de dommages et intérêts, dont 30.000 euros pour Grégory Gay, 10.000 euros pour la soeur d’Alexia et 10.000 euros pour chacun des parents.

Un épilogue attendu #

Malgré le caractère odieux de son mensonge, Jonathann Daval doit être relaxé en droit, a plaidé son avocat, Randall Schwerdorffer. A ses côtés, Gilles-Jean Portejoie a conclu avec un souhait : « nous espérons tous que ce sera l’ultime procès Daval ».

  • Jonathann Daval a étranglé son épouse Alexia dans la nuit du 27 au 28 octobre 2017 à leur domicile de Gray-la-Ville.
  • Il a transporté son corps dans un bois avant d’y mettre le feu et de donner l’alerte, soutenant que sa femme n’était pas revenue de son jogging.
  • Le corps d’Alexia avait été retrouvé deux jours plus tard.

Pendant trois mois, Daval avait montré le visage d’un veuf éploré dans les médias, avant d’être confondu en pleine vague #MeToo. Une affaire qui a ému et passionné les Français.

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis