Le boson de Higgs : une particule qui bouscule nos croyances et relance le débat sur l’existence d’un créateur divin

Le 4 juillet 2012, l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire, plus connue sous son acronyme CERN, a annoncé la découverte du boson de Higgs.

L’effervescence autour du boson de Higgs #

Cette particule élémentaire, considérée comme un élément fondamental de la structure de la matière, a été prédite théoriquement près d’un demi-siècle auparavant par le physicien Peter Higgs.

La découverte du boson de Higgs a été largement célébrée par la communauté scientifique. Cependant, elle a également suscité des inquiétudes au sein des cercles chrétiens conservateurs, particulièrement aux États-Unis, où les idées créationnistes sont encore largement acceptées.

Le boson de Higgs et le débat sur l’existence d’un Dieu créateur #

Les sceptiques ont exprimé leur crainte que la découverte du boson de Higgs, qui semble confirmer la théorie du big bang, soit utilisée pour nier l’existence d’un Dieu créateur. Par exemple, Peter Atkins, un chercheur d’Oxford, a déclaré sur les ondes de la BBC que « le boson de Higgs est un clou porté dans le cercueil de la religion ».

À lire Voici les secrets pour maîtriser parfaitement votre nœud de cravate à chaque fois

De plus, Lawrence Krauss, physicien théoricien à l’université d’État de l’Arizona, a suggéré que la particule « pose une nouvelle histoire de notre création », indépendante d’un créateur surnaturel.

La « particule de Dieu » et son impact sur la religion et la science #

Pour vulgariser cette découverte, le boson de Higgs a souvent été désigné comme la « particule de Dieu ». Ce surnom provient d’un jeu de mots de Leon Lederman, physicien et lauréat du prix Nobel, qui l’a qualifié de « Goddam particle » (fichue particule), un surnom qui a été raccourci en « God particle » dans ses travaux de vulgarisation scientifique.

Peter Higgs, athée, a plusieurs fois exprimé son opposition à ce surnom, de peur d’offenser les croyants. De son côté, le jésuite Guy Consolmagno, astrophysicien et directeur de l’Observatoire du Vatican, a rappelé que l’expression « particule de Dieu » était une plaisanterie. Selon lui, la religiosité du terme pourrait tout au plus être interprétée comme un « don de Dieu pour aider à expliquer comment fonctionne la réalité dans le monde des particules élémentaires ».

Mais que faut-il vraiment penser de cette « particule de Dieu » ? Voici quelques réactions notables :

À lire Voici ce que les anciens présidents français gagnent après leur mandat : des chiffres qui vont vous surprendre

  • « Cette façon de combler nos lacunes avec Dieu n’est pas seulement une mauvaise raison de croire en Dieu, mais c’est aussi de la mauvaise science », a déclaré le responsable religieux.
  • Le pasteur anglais Nicky Gumbel, fondateur des Parcours Alpha, a tweeté : « Honorons les scientifiques qui ont découvert la particule de Dieu… en adorant Dieu qui l’a créée tout comme eux ».

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis