Shemseddine et Samara : bâtissant des ponts entre l’éducation, la loi et le maintien de l’ordre pour contenir le fondamentalisme

Dans un monde qui évolue à un rythme effréné, nous assistons à un retour surprenant de la police des moeurs.

Un retour inattendu à la police des moeurs #

Ce n’est pas le type de police des moeurs qui existait avant les années 1990, lorsque cette idée était démodée et critiquée par une société libérale qui condamnait les inquisiteurs et les moralistes. Ce que nous voyons maintenant, c’est la police des moeurs des régimes totalitaires.

Cependant, il y a une différence majeure. Désormais, elle est imposée par le bas. Ce ne sont pas des partis uniques, des milices d’État ou des forces de l’ordre politico-idéologiques qui cherchent à normaliser les comportements, mais plutôt des mineurs ou de jeunes adultes qui fusionnent fondamentalisme religieux, barbarie sociopathique et délinquance quotidienne.

Un symptôme alarmant de la décivilisation #

L’interaction de ces facteurs représente un symptôme de la décivilisation qui progresse. En effet, nous assistons à une régression de notre société, où des normes et des valeurs essentielles sont de plus en plus négligées. La notion de respect pour les autres et pour la loi semble être en déclin, ce qui est une tendance inquiétante.

À lire Voici les secrets pour maîtriser parfaitement votre nœud de cravate à chaque fois

Il est également important de noter que ce phénomène est largement influencé par l’islamisme séparatiste qui progresse. Il s’agit d’une idéologie qui encourage la déconnexion des individus de la société, ce qui peut aboutir à des actes de délinquance et à une augmentation de la criminalité.

La nécessité de renforcer la jonction entre l’école, la police et la justice #

Face à cette situation, il est crucial de renforcer la jonction entre l’école, la police et la justice. L’école doit jouer son rôle d’éducation et de socialisation, la police doit assurer le maintien de l’ordre et la justice doit sanctionner les comportements illégaux. Ces trois entités doivent travailler ensemble pour prévenir et combattre le fondamentalisme religieux, la barbarie sociopathique et la délinquance quotidienne.

Un travail coordonné et cohérent entre ces trois piliers de la société peut aider à contenir ces problèmes et à promouvoir une société plus civilisée. Il est temps pour nous tous de reconnaître ce défi et de travailler ensemble pour le surmonter.

  • Renforcement du rôle éducatif de l’école
  • Amélioration de l’efficacité de la police dans le maintien de l’ordre
  • Garantie d’une justice équitable et rapide pour punir les comportements illégaux

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis