L’inquiétude grandit : l’hôpital d’Alès doit une somme vertigineuse de loyers à une maison de retraite, plongeant une commune dans la crise financière

Imaginez-vous être propriétaire d'un bien immobilier loué à une institution respectée comme un hôpital.

Le dilemme de l’hôpital d’Alès #

Vous attendez avec impatience les loyers trimestriels pour rembourser l’emprunt de construction. Inexplicablement, les paiements commencent à manquer, laissant une ardoise de 225 000 euros. C’est la réalité troublante à laquelle la commune de Rousson est confrontée, en raison des impayés de l’hôpital d’Alès.

Le centre hospitalier loue les locaux de la maison de retraite « Le Castellas ». Les loyers, d’un montant précis de 75 865,39 € par trimestre, devraient permettre à la commune de rembourser son prêt. Cependant, un retard de neuf mois plonge la trésorerie de la commune dans le rouge, entravant ses plans d’investissement.

L’exaspération du maire #

Ghislain Chassary, le maire de la commune, n’a pas caché sa colère et son désarroi face à cette situation. Malgré de multiples relances, les promesses de paiement de l’hôpital sont restées sans suite. L’accumulation des retards de paiement a poussé le maire à prendre des mesures drastiques, allant jusqu’à alerter le ministre de la Santé.

À lire Voici les secrets pour maîtriser parfaitement votre nœud de cravate à chaque fois

Il s’est plaint que l’hôpital d’Alès utilise le budget de la commune comme variable d’ajustement du sien. Cette situation a créé une tension palpable entre l’hôpital et la commune, suscitant une anxiété croissante quant à l’avenir financier de cette dernière.

Les explications de l’hôpital #

Face à ces accusations, le centre hospitalier d’Alès, par l’intermédiaire de son directeur adjoint Jean-Noël Gras, a présenté une image différente. Il a évoqué des problèmes de trésorerie connus de tous, qualifiant les retards de paiement de « problème structurel » lié au déficit cumulé de l’hôpital. Cela a contraint l’hôpital à prioriser d’autres paiements.

L’hôpital a cependant assuré qu’il réglerait les arriérés dans les prochains mois, une promesse accueillie avec scepticisme par le maire. Il reste à voir si ces paiements seront effectués comme promis, apaisant ainsi les tensions financières.

  • Le centre hospitalier d’Alès doit 225 000 euros de loyers à la commune de Rousson.
  • Ces impayés mettent en péril la trésorerie de la commune.
  • Le maire de la commune a exprimé sa colère et son inquiétude face à cette situation.
  • L’hôpital a expliqué ces retards par des problèmes de trésorerie et a promis de régler les arriérés dans les prochains mois.

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis