Paris bourse résiste: Un mois de bas niveau malgré la montée de l’inflation américaine, une surprise pour les investisseurs

Malgré une journée marquée par l'inflation aux États-Unis, la Bourse de Paris a clôturé mercredi presque à l'équilibre, un mois après avoir atteint son niveau le plus bas.

La bourse de paris reste stable malgré les tensions inflationnistes américaines #

L’indice vedette CAC 40 a perdu 3,79 points, clôturant à 8.045,38 points, son niveau de clôture le plus bas depuis le 11 mars. Les investisseurs ont été surpris par la résilience de la bourse, qui a résisté malgré la hausse de l’inflation américaine.

La Bourse de Paris a été secouée en milieu de séance par l’annonce de l’inflation américaine, que tous les observateurs considèrent comme cruciale pour une éventuelle baisse des taux directeurs par la Fed. Plus forte que prévu, à 3,5% sur un an en mars, contre 3,2% en février, l’inflation américaine a secoué le CAC 40, tout comme les autres bourses européennes.

Inflation américaine: un défi pour la Fed #

La hausse de l’inflation américaine a déstabilisé non seulement le CAC 40, mais aussi l’ensemble des bourses européennes. L’indice est même repassé sous la barre des 8.000 points en cours de séance pour la première fois depuis près d’un mois. Certains analystes estiment que cette nouvelle hausse met fin à une phase de « désinflation linéaire » pour entrer dans une phase de « désinflation chaotique ».

À lire Voici les secrets pour maîtriser parfaitement votre nœud de cravate à chaque fois

La première baisse des taux directeurs de la Fed, initialement prévue en mars puis repoussée à juin, pourrait finalement intervenir plus tard en raison de la persistance de l’inflation et de la solidité de l’économie américaine. Le chiffre est loin de la cible de 2% sur un an de la banque centrale américaine et semble même s’éloigner de la perspective de revenir sous les 3%, un niveau que l’indicateur CPI avait atteint dès juin 2023.

Impact de l’inflation sur le marché technologique #

Plusieurs acteurs de la « tech », sensibles aux taux, ont connu des déboires lors de la séance sur le CAC 40, notamment Capgemini et Téléperformance, qui ont respectivement perdu 2,09% et 3,30%. Ces déboires sont un exemple clair de l’impact de l’inflation sur le marché technologique.

Les analystes de Jefferies ont commencé à couvrir l’entreprise du CAC 40 Edenred et soulignent « de multiples vents contraires » en raison de la pression de la concurrence dans le secteur, des marges déjà à un haut niveau et une capacité d’endettement limité. L’action a chuté de 3,56% à 46,78 euros, la plus forte baisse de l’indice phare.

Voici quelques autres points clés à retenir :

À lire Voici ce que les anciens présidents français gagnent après leur mandat : des chiffres qui vont vous surprendre

  • Les investisseurs attendent avec impatience le compte-rendu des discussions de la dernière réunion de politique monétaire de la Fed.
  • La réunion de la BCE jeudi n’apporte pas beaucoup d’attentes aux investisseurs, qui sont déjà tournés vers juin pour sa première baisse des taux.
  • Le secteur de la « tech » est particulièrement touché par la hausse des taux.

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis