Fin du malus de retraite : Comment cette révolution impacte-t-elle les retraités de l’Agirc-Arrco ?

Après un long combat, le fameux "malus" de 10% appliqué sur les pensions complémentaires Agirc-Arrco a finalement été aboli.

La suppression du malus : un changement significatif pour les retraités de l’Agirc-Arrco #

Cette mesure, qui avait été instaurée en 2019, avait pour but d’encourager les travailleurs à prolonger leur carrière professionnelle. Ainsi, près de 700 000 retraités du secteur privé voient aujourd’hui leur situation financière s’améliorer.

Malgré l’atteinte de l’âge de la retraite et les conditions légales pour partir à taux plein, les salariés étaient incités à travailler un an de plus pour éviter un malus de 10% sur leur pension pendant trois ans. Des exceptions étaient toutefois accordées, avec un taux réduit de 5% pour une minorité d’entre eux.

La fin du malus : une victoire pour les retraités #

La fin de ce malus a été accueillie avec soulagement par de nombreux retraités. Pascal Greget, ancien chauffeur routier, témoigne de cette nouvelle ère : « Pendant 18 mois, j’ai perdu 100 euros chaque mois. Cela m’a coûté plus de 1800 euros, soit plus d’un salaire minimum ». Les difficultés financières engendrées par cette mesure ont été une source de contestation majeure chez les retraités.

À lire Voici les secrets pour maîtriser parfaitement votre nœud de cravate à chaque fois

La suppression du malus est effective depuis l’automne pour les nouveaux retraités (ceux qui ont pris leur retraite à partir du 1er décembre 2023) et depuis le 1er avril 2024 pour ceux qui sont partis à la retraite avant le 1er décembre 2023.

Emoji Récapitulatif
🎉 Fin du malus sur les pensions complémentaires Agirc-Arrco
👴 700 000 retraités du secteur privé concernés
💰 Amélioration de la situation financière des retraités

Des inquiétudes quant à l’équilibre financier des régimes de retraite complémentaire #

Malgré la fin du malus, des préoccupations demeurent quant à la stabilité financière des régimes de retraite complémentaire. Le bonus, accordé aux salariés qui prolongent leur activité de deux à quatre ans, est maintenu. Cependant, le gouvernement a récemment envisagé de prélever de nouveau sur les caisses de l’Agirc-Arrco pour équilibrer le budget de l’État.

Cette situation a ravivé les craintes des retraités du secteur privé, qui ont déjà subi les conséquences de réformes précédentes. Un expert souligne : « Cela constituerait une double peine pour les salariés du privé », mettant en évidence les préoccupations persistantes liées à la répartition des fonds entre les retraités et les finances publiques.

  • Fin du malus de 10% sur les pensions complémentaires Agirc-Arrco
  • Plus de 700 000 retraités du secteur privé bénéficient de cette mesure
  • Persiste des inquiétudes quant à la stabilité financière des régimes de retraite complémentaire

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :

Partagez votre avis