Paris 2024 Olympics: Une analyse des cinq promesses non tenues concernant les transports, les infrastructures et le financement

Il était prévu que les Jeux Olympiques de Paris 2024 seraient populaires, accessibles à tous.

Les jeux olympiques populaires se font attendre #

Cependant, des interrogations subsistent quant à la réalisation de cette promesse. Les coûts élevés des billets ont mis à mal cette idée, malgré les affirmations des organisateurs que les tarifs sont similaires à ceux des jeux de Londres.

De plus, la cérémonie d’ouverture initialement prévue sur la Seine a subi de nombreux changements. Initialement, elle devait accueillir 600 000 spectateurs, mais pour des raisons de sécurité, ce chiffre a été réduit à 222 000 spectateurs gratuits, ajoutés aux spectateurs payants.

Le financement des jeux, une réalité complexe #

Le slogan « Les Jeux financent les Jeux » a été largement utilisé pour soutenir que le financement des Jeux Olympiques de Paris 2024 proviendrait principalement de sources privées. Cependant, contrairement à cette affirmation, l’État et les collectivités ont également contribué considérablement au financement.

À lire Comment réussir son projet de création de site internet

En automne 2023, plus de 2,4 milliards d’euros d’argent public ont déjà été investis dans des infrastructures et des travaux urbains. Le coût total n’est pas encore connu et la facture pourrait augmenter avec les coûts liés à la sécurité publique et les primes accordées aux fonctionnaires.

Le métro gratuit, une promesse non tenue #

Le dossier de candidature prévoyait que tous les détenteurs de billets pourraient voyager gratuitement sur l’ensemble du réseau d’Île-de-France. Cependant, cette promesse ne sera pas respectée. Une tarification spéciale JO a été annoncée : 4 euros le ticket de métro, soit près du double du prix habituel.

Cette décision a été prise lors de la révision budgétaire du comité d’organisation en décembre 2022 pour réaliser des économies. Cette situation a suscité de nombreuses critiques de la part des utilisateurs du transport en commun.

  • Évolution de la cérémonie d’ouverture
  • Financement public des Jeux
  • Augmentation du prix du ticket de métro
🎟️ Billets Prix élevé malgré la promesse d’accessibilité
🏗️ Infrastructures Financement public important contrairement aux affirmations initiales
🚇 Métro Augmentation du prix du billet, contrairement à la promesse de gratuité

La nouvelle piscine pour la natation, un rêve abandonné #

La construction d’une nouvelle piscine pour la natation était l’un des projets majeurs des Jeux Olympiques de Paris 2024. Cependant, ce projet a été abandonné pour des raisons budgétaires.

À lire Céline Dion hésite encore à revenir sur scène malgré son combat contre une maladie rare

Le centre aquatique olympique de Saint-Denis, l’un des seuls ouvrages sportifs construits pour les Jeux, n’accueillera finalement pas la natation. La natation, un sport majeur, a été déplacée dans l’ouest de Paris, à la Paris-La Défense Arena.

Contribution environnementale positive : un objectif abandonné #

Les organisateurs avaient promis une contribution environnementale positive, avec l’idée de compenser plus d’émissions de CO2 que celles qui seraient émises. Cependant, cette notion a été abandonnée pour éviter de donner une image trompeuse d’un événement sans impact sur l’environnement.

L’objectif du comité d’organisation est désormais de réduire de moitié les émissions de CO2 par rapport aux Jeux précédents. Les déplacements, les constructions et les activités liées aux Jeux représenteraient chacun un tiers des émissions totales.

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :