Découvrez comment Diane, une petite juive, a échappé à l’horreur de la guerre en 1942 grâce à la compassion d’une famille

Diane Popowski n'avait qu'un an et demi quand sa vie a pris un tournant inattendu.

Une enfance bouleversée par la guerre #

Elle a été recueillie par Sabine Zlatin, surnommée la « Dame d’Izieu », qui l’a ensuite confiée à la famille Pallarès à Montpellier. La petite Diane a été adoptée et aimée comme leur propre enfant. Cependant, son destin a été bouleversé lorsque son père, survivant des camps de concentration, est revenu pour la récupérer quatre ans plus tard, une expérience traumatisante pour la petite fille.

La famille Pallarès a joué un rôle crucial dans la survie de Diane pendant la guerre. En 1942, Renée et Paulette, deux adolescentes de la famille, ont aidé à sauver la petite Diane du camp d’Agde. Elles ont amené des colis de ravitaillement au camp, et leur mère, Marie-Antoinette, a accueilli Diane chez elle après que celle-ci ait été exfiltrée du camp par Sabine Zlatin, cachée dans un sac à dos.

La peur et le courage pendant la guerre #

Les parents de Diane, tous deux juifs, originaires du Luxembourg, avaient trouvé refuge à Prades-le-Lez. Malheureusement, ils ont été dénoncés et fait prisonniers à Agde. La petite Diane, alors âgée de deux ans, a été adoptée par la famille Pallarès, une expérience qui a été décrite comme un « vrai coup de foudre » par Renée.

À lire Comment réussir son projet de création de site internet

Malgré les dangers de la guerre, la famille Pallarès a continué à vivre avec joie et courage. L’été 1943, Paulette est devenue monitrice à Izieu, une maison remplie de joie et de rire malgré la tension de la guerre. Cependant, la joie a pris fin lorsque la famille a quitté la colonie à la fin de l’été.

Une nouvelle vie après la guerre #

Après la guerre, la vie de Diane a encore une fois été bouleversée. Son père l’a retrouvée en 1949 et a voulu l’emmener avec lui. La petite Diane n’a pas compris ce qui se passait et a été forcée de quitter la famille qui l’avait aimée et élevée. Elle a dû déménager à Paris avec son père et sa belle-mère, qui a été décrite comme une « sorcière » par Diane.

En 1951, Diane a déménagé au Canada avec son père. Elle a été poussée à se marier jeune et a eu quatre enfants avec son mari Saul. Malgré les difficultés, Diane a réussi à reprendre contact avec sa famille de Montpellier à l’âge de 18 ans.

  • La famille Pallarès a joué un rôle crucial dans la survie de Diane pendant la guerre.
  • Malgré les dangers de la guerre, la famille a continué à vivre avec joie et courage.
  • Après la guerre, Diane a été forcée de déménager à Paris avec son père et sa belle-mère.
  • En 1951, Diane a déménagé au Canada et a réussi à reprendre contact avec sa famille de Montpellier à l’âge de 18 ans.
🔑 Points clés 🔍 Détails
👨‍👩‍👧‍👦 Famille Pallarès La famille qui a accueilli et aimé Diane comme leur propre enfant pendant la guerre.
🏠 Izieu La maison où Diane et la famille Pallarès ont vécu pendant l’été 1943 malgré la tension de la guerre.
🎒 Exfiltration Diane a été sauvée du camp d’Agde en 1942, cachée dans un sac à dos par Sabine Zlatin.
🌎 Déménagements Après la guerre, Diane a été forcée de déménager à Paris avec son père, puis au Canada en 1951.
💔 Séparation Diane a été séparée de la famille Pallarès quand son père est revenu la chercher en 1949.

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :