Frais bancaires en cas de séparation : compte joint et prêt immobilier

Lorsque les couples décident de profiter d'intérêts financiers intéressants, il est courant de lier leurs comptes bancaires.

Des liens financiers avantageux qui deviennent problématiques lors d’un divorce #

Cependant, suite à un divorce ou une séparation, les accords bancaires conjoints peuvent poser problème et engendrer des frais inattendus. Selon les conditions de chaque banque, la clôture d’un compte joint ou le désengagement d’un prêt immobilier peut entraîner des coûts.

Pour retrouver leur indépendance financière, il est conseillé aux ex-conjoints de fermer leur compte joint ou de se désengager l’un de l’autre. Néanmoins, il est essentiel de se renseigner au préalable sur les éventuels frais et conséquences sur le remboursement du prêt immobilier avant d’entreprendre ces démarches.

Frais de désengagement pour un compte joint #

En cas de séparation à l’amiable, les deux parties peuvent procéder ensemble à la clôture du compte. Le compte n’est pas immédiatement fermé et reste ouvert jusqu’à ce que la banque termine toutes les procédures et mette fin à la solidarité du couple.

À lire Bénéficiez de 150 € de réduction pour l’ouverture d’un compte bancaire chez BoursoBanque

Une fois votre décision de vous désengager prise en compte, il ne sera plus possible de réaliser une opération sur le compte sans l’accord d’un co-titulaire jusqu’à sa clôture. D’après le barème tarifaire de Money Vox du 1er février 2024, cette opération coûte environ 40 € dans les banques qui la facturent. Cependant, certaines institutions financières n’évoquent pas de frais de service dans leurs brochures. Ce qui signifie qu’elle se retrouve réalisée gratuitement.

Désengagement et remboursement du prêt immobilier #

Le désengagement peut être plus complexe et entraîner des frais importants lorsqu’une ou deux personnes souscrivent conjointement un prêt immobilier. Cependant, il est possible d’y mettre fin une fois que les taux d’intérêt ont baissé. Ainsi, pour prévenir d’éventuels frais bancaires en cas de séparation, il est recommandé d’explorer d’autres options d’épargne. Par exemple, bforbank offre un compte épargne bfor+ attractif et sans risque qui pourrait s’avérer une excellente alternative.

En cas de séparation, l’un des ex-conjoints se voit attribuer la propriété du bien immobilier. Si vous décidez de racheter la part du prêt de votre ex-conjoint, vous devez en informer l’assurance. En revanche, si les parts se voient réparties équitablement entre vous. La banque exigera une augmentation de la quotité de l’emprunteur qui conserve le crédit.

Réévaluation du prix de l’assurance emprunteur après un divorce

De plus, le montant de l’assurance emprunteur se voit réévalué suite à la séparation. Il est important de noter que vous pouvez changer d’assurance emprunteur à tout moment en étudiant la concurrence. Cependant, assurez-vous de vous retrouver exempté de paiements avant de prendre cette décision. Pour en savoir plus sur les frais bancaires, consultez la page sur les frais de succession dans les banques françaises : comparaison et impact.

À lire Decoding the suspense: Dorian under suspicion, Jessica’s unexpected choice in ‘Demain Nous Appartient’ aired 10th April 2024 on TF1

Prendre les mesures nécessaires pour prévenir les frais en cas de séparation #

Afin d’éviter des dépenses inattendues et faciliter le processus de désengagement. Il reste primordial de bien s’informer sur les conditions de votre banque concernant la clôture d’un compte joint et le remboursement d’un prêt immobilier. Consultez régulièrement les brochures de votre institution financière. Et n’hésitez pas à poser des questions à votre conseiller bancaire pour mieux comprendre les implications en cas de séparation.

Il reste aussi essentiel de discuter ouvertement avec votre partenaire des démarches à entreprendre en cas de divorce ou de rupture. Afin de se retrouver préparés à affronter ensemble ces défis financiers.

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :