Les frais de succession dans les banques françaises : comparaison et impact

Après l'annonce récente du Crédit Mutuel concernant la suppression de ses frais de succession pour les montants inférieurs à 10 000 euros, il est temps d'analyser et de comparer les différentes pratiques des banques françaises en matière de frais liés aux successions.

Les héritiers peuvent être soumis à des frais de succession exorbitants selon leur banque et le montant de l’héritage.

Frais de succession chez les banques traditionnelles #

Ainsi, pour une succession de 5 000 euros, les héritiers d’un client au Crédit Agricole devront payer 250 euros de frais, tandis qu’à LCL, ce montant s’élève à 310 euros, soit 6 % du total. Chez N26, cette déduction est limitée à 50 euros quel que soit le montant concerné. Avec une déduction de seulement 0,5 %, la Société Générale est la banque traditionnelle qui affiche, avec certaines agences du Crédit Agricole, le taux de prélèvement le plus bas pour les grandes successions. Dans ce contexte, il est important de noter que le conseil d’État confirme le gel du taux du livret a et du ldds, une situation qui peut affecter la manière dont les héritages sont gérés par les banques en France.

Gros écarts de frais entre les banques en ligne #

Les banques en ligne telles que Fortuneo peuvent également se montrer très gourmandes avec un prélèvement unique de 300 euros. De son côté, Boursorama Banque propose la gratuité pour les successions. Parmi les établissements en ligne, il est fréquent de constater des frais proportionnels en plus d’une déduction forfaitaire.

À lire Decoding the suspense: Dorian under suspicion, Jessica’s unexpected choice in ‘Demain Nous Appartient’ aired 10th April 2024 on TF1

LCL et le cas des successions supérieures à 15 000 euros

Sans aucun doute, la banque qui se distingue négativement est la filiale du Crédit Agricole, LCL. En effet, elle autorise un montant de prélèvement minimum de 490 euros pour les successions de plus de 15 000 euros, ainsi qu’un taux de déduction fixe de 0,75 % sur les avoirs dépassant ce seuil. Le coût total pour une succession de 20 000 euros s’élève donc à 640 euros, ce qui représente plus de 3 % du montant hérité.

Les arguments des banques pour justifier ces frais #

Les banques justifient ces frais souvent très élevés par les nombreux services complexes et récurrents qu’elles assurent dans ce domaine. La gestion administrative des successions requiert effectivement un certain nombre de démarches auprès de divers organismes et interlocuteurs. Néanmoins, tant la disparité des frais entre les différents établissements bancaires que l’évolution de ces coûts au fil du temps (augmentation de près de 30 % en deux ans) soulèvent des interrogations sur la légitimité et la proportionnalité de ces tarifs.

Quelle banque choisir pour limiter les frais de succession ? #

Au vu de cette comparaison, les conclusions sont assez claires concernant les disparités qui existent entre les différentes banques françaises. Certains établissements, tels que N26 ou Boursorama Banque, ont choisi d’adopter des politiques de frais beaucoup plus raisonnables pour les successions. Dans ce contexte, il est important pour chacun de bien réfléchir à la banque avec laquelle il souhaite s’engager et prendre en compte cet aspect des frais liés aux successions dans le choix final.

Il semble aussi essentiel pour les consommateurs de s’informer et vigilants sur ce sujet. Afin de faire pression sur les établissements bancaires. Et encourager une évolution vers des pratiques moins onéreuses et plus justes pour les héritiers.

À lire PHP : une descente vertigineuse dans l’index de popularité Tiobe – L’inattendu retour de Fortran parmi les dix premiers

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :