Le chauffage au bois augmente (vraiment) le risque de cancer du poumon chez les femmes

D'après une récente étude, il semblerait que l'utilisation fréquente du chauffage au bois serait particulièrement dangereuse pour la santé des femmes, en augmentant significativement le risque de développer un cancer du poumon.

Ce type de chauffage est très populaire en France pour son efficacité et ses prix généralement plus stables que ceux du gaz.

L’inconvénient majeur : une émission de particules fines nocives #

Malgré la popularité croissante du chauffage au bois, cette méthode présente des inconvénients majeurs, tant pour l’environnement que pour la santé humaine.

En effet, la combustion de la biomasse émet des particules fines considérées comme plus dangereuses que celles émises par les anciens véhicules diesel et essence.

À lire Le chauffage au bois augmente le risque de cancer du poumon chez les femmes

Les femmes particulièrement touchées

  • Le risque de cancer du poumon lié à l’utilisation de ce chauffage serait plus élevé chez les femmes.
  • Une étude menée auprès de 50 000 femmes dont les sœurs avaient été diagnostiquées d’un cancer a permis d’identifier que celles qui utilisent régulièrement du chauffage au bois ont un risque accru de 43% de développer un cancer du poumon comparativement à celles qui ne l’utilisent pas.
  • Ce risque grimpe même à 68% pour celles qui se chauffent au bois plus de 30 jours par an.

Le constat est sans appel : le chauffage au bois, même occasionnel, serait dangereux #

Suril Mehta, un épidémiologiste qui a participé à cette étude publiée dans la revue scientifique Environment International, souligne que « notre étude prouve que le chauffage au bois en intérieur, même occasionnel, dans les poêles et les cheminées, peut contribuer au cancer du poumon ».

Il est donc important de prendre en compte ces risques lors de l’utilisation de ce type de chauffage et d’envisager des alternatives moins nocives pour la santé.

Les alternatives à envisager

D’autres sources de chaleur peuvent être moins néfastes pour la santé humaine tout en restant efficaces :

  • Le chauffage électrique, bien qu’émetteur indirect de gaz à effet de serre, n’a aucun impact sur la qualité de l’air intérieur.
  • Les pompes à chaleur air/air ou géothermiques permettent également de chauffer un logement sans émettre de particules fines ni de CO2 directement.
  • Celui au gaz se retrouve aussi considéré comme moins polluant. Et moins nocif pour la santé que le chauffage au bois.

Il convient néanmoins de prendre en compte les performances énergétiques et l’impact environnemental global de chaque solution avant de faire un choix définitif.

À lire Les secrets pour bien poncer un parquet : le temps nécessaire et les étapes à suivre

Comment limiter les risques liés au chauffage au bois ? #

Pour celles et ceux qui souhaitent continuer à utiliser le chauffage au bois malgré les risques évoqués, voici quelques conseils :

  • Privilégier des appareils récents et performants en termes de rendement énergétique et d’émissions polluantes (label Flamme Verte par exemple).
  • Faire ramoner régulièrement la cheminée ou le poêle pour limiter les risques d’émanation de gaz toxiques.
  • Limiter l’utilisation du chauffage au bois lorsque cela est possible en complétant avec un autre système moins nocif.

Si le chauffage au bois séduit nombre de particuliers par ses avantages économiques et écologiques, il est important de ne pas négliger les conséquences potentiellement graves qu’il peut avoir sur la santé.

Les femmes sont particulièrement vulnérables et doivent donc être conscientes des dangers liés à ce type chauffage, afin de prendre des mesures pour limiter les risques ou opter pour des alternatives plus sûres.

Sciences et Démocratie est édité de façon indépendante. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités :